L’Egypte souhaite diminuer son importation de blé avec l’aide de Blumberg
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Selim Ben Taziri Rosa
jeudi 18 août 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 18 Août 2016 à 11:05

Premier importateur mondial de blé, l’Egypte traverse une période critique en raison de son approvisionnement. L’importation de blé étant excessivement coûteuse pour l’Etat, les autorités souhaitent solutionner le problème avec le soutien de Blumberg mais un scandale pourrait contrarier ce plan ambitieux…

Blumberg Grain est une entreprise mondiale fournissant des systèmes technologiques de protection des récoltes pour l’optimisation et la modernisation des chaînes de valeurs agricoles et le développement des exportations agricoles.

En 2015, la groupe américain et l’Egypte s’étaient lancés dans le projet de fabrication du plus grand système intégré d’approvisionnement alimentaire au monde avec la construction de 93 silos de blé sophistiqués dont la capacité de production s’étendrait à plus de 3,7 millions de tonnes de blé par an ainsi que 750 000 kilos d’approvisionnement en blé.

L’année dernière, la compagnie avait parachevé la réalisation de la première phase de son projet avec la livraison des 93 silos dotés de systèmes de gestion et de suivi des quantités de blé. Ce système devrait pouvoir faire transiter le quart de la récolte locale en céréale.

Un scandale met à mal l’infrastructure

Le groupe Blumberg Grain pourrait ne pas aller au bout de son mégaprojet d’installation du système.

En 2016, suite à un scandale relatif à des transactions frauduleuses et à des malversations dans la chaîne d’approvisionnement de blé, Blumberg a rencontré des difficultés bureaucratiques qui lui ont empêché l’entrée en activité des infrastructures lors des fraudes mises en évidence.

En effet, certaines autorités estiment que sur cinq millions de tonnes de blé, plus de 2 millions censées être achetées auprès des producteurs égyptiens sont intangibles et n’existeraient que sur le papier (voir notre article). Suite à ces révélations, une commission d’enquête a, à son tour révélé que les silos déclaraient plus de blé qu’ils n’en stockaient réellement.

Cependant, David Blumberg, président des activités de Blumberg en Afrique et au Moyen Orient, relativise et reste confiant quant au développement de ce projet « Etant donné l’impact de ce projet et l’accent particulier, par l’administration Sissi, sur la lutte contre la corruption, le besoin d’augmenter les disponibilités en devises et d’accompagner les producteurs, nous sommes confiants de ce que le gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir pour s’assurer d’un développement rapide de ce projet ».

La fin de Blumberg Grain en Egypte ?

Le groupe souligne tout de même la possibilité de cesser le mégaprojet d’approvisionnement et la cessation entière des activités dans le pays. En attente de la décision finale des autorités égyptiennes concernant la deuxième phase du projet, Blumberg indique qu’en cas de non-signature de cette deuxième phase, elle interrompra son implantation en Egypte et stoppera son investissement de plus de 250 millions de dollars destinés à la création d’un hub régional d’exportation de blé.

La nouvelle usine du groupe américain à l’est de Port Saïd, sera la première usine basée dans la zone économique du canal de Suez dont l’exécutif egyptien fonde beaucoup d’espoirs, étant une potentielle zone d’exportation génératrice de devise. 

A lire également :

Accord préliminaire entre le FMI et l’Egypte pour un prêt colossal

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *