Pourquoi l’Algérie n’est pas (encore) une puissance émergente… selon nos lecteurs
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #ALGERIE
Karl Demyttenaere
vendredi 19 août 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 19 Août 2016 à 08:18

L’Algérie ne manque pas d’atouts mais, pourtant, elle ne parvient pas à devenir une puissance émergente. Retour sur les explications, avis et opinions des lecteurs d’ Ecomnews Med sur cette question essentielle.

Suite à la publication de notre article sur les raisons qui freinent le développement économique de l’Algérie et qui l’empêchent de devenir une puissance émergente, vos réactions ont été nombreuses. Vous n’avez pas hésité à formuler clairement les causes de cette situation d’après vous. 

Yanis Yann pointe que « il n’y a que des gens qui sont sur le profit individuel, rapide et immédiat » en Algérie selon lui, rajoutant « s’il n’y a pas un système politique avec une vision globale, ça ne peut pas fonctionner… ».

La politique est également au centre du propos de Diabi Ali, ou plutôt l’administration « tout est possible dans notre pays, si est menée une moralisation de l’administration et une mise à niveau des institutions, le reste suivra »

Selon Mohamed Djaoued Malti, c’est plutôt du secteur privé dont viendra le salut pour l’Algérie « la seule parade à mon avis c’est d‘investir dans la recherche et développement, et de trouver les ressources nécessaires car nos entreprises n’ont pas de moyens ou ne dégage pas assez de bénéfices pour ce projet ».

D’après deux autres de nos lecteurs, c’est plutôt l’idéologie qui est responsable de ce manque de dynamisme économique. Pour Sofiane Messaoudi, enseignant, « la pression de l’impérialisme et du capitalisme sauvage empêchent tout les pays qui résistent » d’émerger. Par contre, pour Said Bettouche, « la cause principale c’est le fait que l’idéologie arabo-islamiste rétrograde ait pris le pas sur l’ éducation saine et scientifique ».

Le problème est ailleurs pour Zora Derouiche-Boukhalfa, qui affirme fermement : « il serait bon de remettre les citoyens au TRAVAIL ; nous ne pouvons pas rester à attendre la becquée, nous devons redécouvrir le sens du mot civisme, être moins individualistes et plus solidaires ».

Vous voulez vous aussi témoigner pour Ecomnews Med, retrouvez notre guide pour nous transmettre vos avis et opinions.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *