Un nouvel incubateur de start-ups en Tunisie qui monte
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #TUNISIE
Karl Demyttenaere
vendredi 19 août 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 19 Août 2016 à 07:53

Grâce à une ancienne éléve de l’Institut des hautes études commerciales de Carthage (IHEC), le Founder Institute s’est développé en Tunisie puis en Afrique. Retour sur la success-story de cet incubateur aux racines californiennes sur le continent noir.

Tout commence en 2009, au cœur de la Silicon Valley en Californie avec la création du Founder Institute, incubateur de start-ups lancé afin de répondre à la crise financière de 2008.

C’est rapidement un succès puisqu’il devient un des accélérateurs de projets innovants les plus prisés au monde, présent dans une quarantaine de pays et participant à la création de 2 000 entreprises.

Cependant, jusqu’en 2015, l’Afrique ne dispose d’aucun incubateur de ce type. C’est la tunisienne Emna Ghariani, originaire du quartier de La Marsa (nord-est de Tunis) qui va développer le concept sur le continent noir. Elle va lancer une première session de novembre 2015 à février 2016 à Tunis et cela va marcher !

Une manière de faire particulière

Les incubateurs de start-up sont nombreux en Afrique et en Tunisie, comment le Founder Institute s’est démarqué ? D’abord, par la longueur de ses sessions, 14 semaines, celles-ci ne se limitant pas à de la formation mais inclue des cours intensifs (4 heures par jour) et la création de la start-up en elle-même (entre la 5ème et la 6ème semaine du programme).

Ce programme se déroule en quatre grandes étapes : l’idée et son développement, la création de la société, le développement et la distribution, puis la levée de fonds. Le Founder Institute mise aussi sur sa « dimension familiale » pour attirer et sur une admission se voulant accessible 475 dollars (qu’il faut payer en devise), pour 14 semaines.

Fort de ce succès en Tunisie, le Founder Institute a déjà ouvert un autre bureau en Cote d’Ivoire et une installation au Maroc est prévue.

A lire également :

Rencontre avec Nicolas Hazard, Président du Comptoir de l’Innovation

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *