Le bio au Liban, entre engouement des clients et freins reglémentaires
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #LIBAN
Karl Demyttenaere
mardi 23 août 2016 Dernière mise à jour le Mardi 23 Août 2016 à 12:08

Ils n’étaient qu’une quinzaine d’agriculteurs bio au Liban en 2000, ils sont aujourd’hui des centaines. La demande reste forte malgré des prix élevés mais certains handicaps freinent encore ce secteur en plein boom.

Les supermarchés se dotent de plus en plus de rayons consacrés aux produits de ce type, tout comme les enseignes de distributions spécialisées.

Une demande importante des consommateurs, qui ne sont nullement dissuadés par les prix élevés. Par exemple pour l’huile d’olive bio, le prix est 50% plus cher que le produit conventionnel, tandis que les œufs issus de l’agriculture biologique par exemple, leur prix est plus cher de 300% !

Selon Mario Massoud, directeur exécutif de Biomass (voir notre article), la cherté de ces produits s’explique principalement par un moindre rendement pour les producteurs, comme il l’évoque à nos confrères de l’Hebdo Magazine : « Cela s’explique par le respect d’un cahier des charges précis pour la production de ces produits. Pour les œufs par exemple, les fermiers doivent nourrir les poules avec des graines biologiques qui ne sont pas vendues au Liban. Cela nécessite donc l’importation de ces aliments et se fait ainsi ressentir au prix d’achat. La poule élevée en plein air selon les critères de l’élevage biologique produira aussi moins d’œufs que celle élevée en cage ».

Autre problème en lien avec le secteur, l’existence d’un seul organisme de certification : l’Institut méditerranéen de certification (IMC) qui a le monopole sur ce secteur. Une situation qui peut provoquer de possible conflits d’intérêt, un manque de choix pour les producteurs et les distributeurs, sans compter la liberté du certificateur de fixer les prix qu’il souhaite. Autre problème : si il n’obtient pas la certification de l’IMC, l’agriculteur n’a aucune alternative.

Face à ce réel engouement, les autorités vont devoir étudier une réorganisation de ce secteur en plein boom.

A lire également :

Le secteur viticole libanais retrouve des couleurs

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *