Qui est Ghazi Jeribi, le nouveau ministre de la Justice de la Tunisie ?
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EnDirectDe #Politique #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
mardi 23 août 2016 Dernière mise à jour le Mardi 23 Août 2016 à 07:38

Nommé ministre de la Défense de janvier 2014 jusqu’en février 2015 sous le gouvernement de Mehdi Jomaa, Ghazi Jeribi vient d’être nommé ministre de la justice tunisienne pour de bon, à la grande surprise des tunisiens qui l’apprécient pour ses opérations réalisées au cours de l’année 2015-2016.

Diplômé des hautes études en droit public, juriste de formation, ancien basketteur au club d’Ezzahra Sports et président du haut comité du contrôle administratif et financier depuis 2011, Ghazi Jeribi était déjà destiné au poste de ministre de la Justice en 2014 sous le gouvernement de Mahdi Jomaa avant d’être finalement nommé, à la dernière minute, en tant que ministre de la Défense en Janvier 2014.

Une annonce a même été publiée le 10 Janvier 2014 annonçant sa nomination en tant que ministre de la Justice.

Lors de son mandat au sein du ministère de la Défense, Ghazi Jeribi, alors nouveau dans le domaine militaire, a dû affronter une année remplie de dures épreuves.

De lourdes responsabilités dans un contexte troublés

Effectivement, dès le début de son mandat, plusieurs opérations anti-terroristes menées par les forces de sécurité et de militaires tunisiennes ont été lancées. A partir du mois de février, l’élimination de sept terroristes dont Kamel GhadGhadi, ennemi numéro 1 en Tunisie.

Il a également été confronté à plusieurs affrontements dans la cité Ennassim, l’embuscade terroriste à Ouled Manaa, l’arrestation des fabricants de bombes artisanales à Sfax, l’attaque du domicile du ministre de l’Intérieur à Kasserine, les affrontements à Ferfena…

La peur a changé de camp

Après le démantèlement d’une cellule terroriste présumée à Oued Elil le 23 et 24 octobre 2014, Ghazi Jeribi a déclaré aux ondes de mosaïque Fm « L’opération d’aujourd’hui témoigne de la préparation de nos unités à déjouer tout plan terroriste afin de garantir la sécurité du processus électoral » en concluant par « la peur a changé de camp. Les terroristes se sont dispersés et leur force stratégique de planification a été mise à rude épreuve ».

Pour se faire, toutes les opérations visant à démanteler les nombreuses attaques terroristes ont nécessité l’intensification de la coordination entre les différentes unités et la mobilisation intense des équipements nécessaires aux opérations. De même que la construction d’un mur de sable de plus de deux mètres de haut entre Ras Jedir et Dehiba, séparant la Tunisie de la Libye et permettant un meilleur contrôle frontalier pour les forces sécuritaires (voir notre article).

Après toutes ces opérations complexes et cette charge ministérielle lourde, Ghazi Jeribi s’est vu adressé une lettre de remerciements de la part du chef du gouvernement, le 4 novembre 2014, saluant son professionnalisme, son engagement aux principes républicains et à la préservation de la patrie dont a fait preuve le corps militaire en renforcement aux forces de sécurité intérieur. Jomaa s’est aussi réjoui des efforts effectués qui ont permis de déjouer plusieurs attentats visant le pays.

A la fin de sa mission gouvernementale fin 2015, Ghazi Jerebi a repris sa robe d’avocat en ouvrent discrètement un cabinet d’avocat au centre-ville. Se tenant loin de la scène politique, sa réinsertion dans le ministère de la justice est une nouvelle étonnante pour la Tunisie.

A lire également :

Nouveau gouvernement en Tunisie, pour un nouveau souffle politique dans le pays ? 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *