La Tunisie impose une nouvelle taxe frontalière aux étrangers
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #CultureSport #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Politique #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
vendredi 26 août 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Août 2016 à 09:28

Afin de soutenir le tourisme tunisien, une taxe est imposée aux visiteurs à la sortie du territoire de la Tunisie. Une mesure qui devrait impacter directement les 1,2 millions de touristes algériens visitant la Tunisie chaque année.

Imposant à tout véhicule étranger non-résident de payer une taxe d’un montant de 30 dinars tunisiens (12,5 euros environ) à la sortie du territoire, la nouvelle législation tunisienne estime que cette taxe est purement économique et ne souhaite pas créer de tensions voisines avec ses fidèles touristes algériens.

La taxe de trop ?

L’entrée en vigueur de cette taxe en vertu de la loi de finance 2014 sous forme de timbre fiscale n’avait toujours pas été appliquée en 2 ans. Mise en place en octobre 2014, elle fut abandonnée suite aux attentats du Bardo et de Sousse en 2015.

Seulement, avec l’afflux touristique qui compte plus de 17 000 algériens traversant les frontières quotidiennement et consommant des produits subventionnés tunisiens, la Tunisie a souhaité appliquer cette loi afin d’éviter les pénuries des produits de première nécessité, particulièrement en temps de bouleversement économique.

Les Algériens expriment leurs mécontentements

Suite à cette taxation inattendue, plusieurs manifestations ont eu lieu entre les frontières des deux pays. Les autorités algériennes ont même été contraint de fermer le poste frontalier de Saquiet Sidi Youssef (gouvernorat du Kef, Tunisie) aux voitures en raison de plusieurs blocages de la part des manifestants algériens en guise de protestation.

« C’est à cause des manifestants et pour des raisons de sécurité » explique un responsable de la douane algérienne à nos confrères de RFI, soulignant que cette fermeture ne résulte pas d’une décision officielle.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *