Un rapprochement entre le Maroc et l’Algérie est-il souhaitable… selon nos lecteurs ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Politique #ALGERIE #MAROC
Karl Demyttenaere
vendredi 2 septembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 2 Septembre 2016 à 08:06

Durant un discours à la Nation, le roi du Maroc Mohammed VI a appelé à un rapprochement entre son pays et l’Algérie. Retour sur les explications, avis et opinions des lecteurs d’ Ecomnews Med sur cette proposition.

Le Maroc et l’Algérie, deux voisins condamnés à être rivaux ? Ce n’est pas ce que pensent nos lecteurs. La main tendue de Mohammed VI est une initiative qui a été saluée par Naourine Sliman, lecteur algérien : « le roi a fait un geste digne d’un roi sage, il mérite le respect ».

Une démarche politique qui peut aussi créer des opportunités économique, comme l’analyse Idir Fenek : « le Maroc et l’Algérie on choisi des voies de développement différentes et acquis des expériences qui peuvent être complémentaires pour le développement des deux pays. Surtout que le Maroc doit développer un modèle social plus égalitaire et que l’Algérie doit diversifier son économie rapidement au risque d’assister à une implosion sociale dans les deux pays ». 

Ce rapprochement politique aurait également des avantages géopolitiques, comme l’explique ce même lecteur : « sur le plan sécuritaire, le Maroc, vu la situation géopolitique, n’a aucun intérêt à avoir à ses frontière une Algérie déstabilisée même si cela pourrait lui donner un plus grand pouvoir de négociation concernant le Sahara Occidental. L’Algérie quant à elle, dépense des sommes faramineuse pour la protection de ses frontières avec une armée mobilisée 24h/24h et la soulager du front Ouest lui permettrait de concentrer ses efforts sur les points les plus chauds à l’Est et au Sud. Cela ne peut se faire sans une coopération transparente des deux pays ».

Mais pour arriver à cette coopération transparente, il faut solutionner la question sensible du Sahara occidentale, c’est ce qu’affirme Dida Abdel : « entre l’Algérie et le Maroc, il y a un problème du Sahara occidental, une crise. Si nos dirigeants sont intelligents, ils doivent la contourner en trouvant une solution qui arrangera les deux côtés, et faire la paix une fois pour toute car des familles des deux pays en souffrent depuis des années ».

Vers une union économique ?

Le discours du roi du Maroc a fait naître de grands espoirs, y compris de l’autre côté de la frontière. Un lecteur originaire de Constantine, à l’est de l’Algérie, ne cache pas son exaspération concernant la situation : « on en a vraiment ras-le-bol de cette rancoeur, de cette haine, de cette froideur entre nos deux pays qui, je le souhaite de tout cœur, peuvent former un grand bloc économique et ce n’est pas utopique ».

Un sentiment partagé par Madjid Harzeli qui affirme que : « la seule et unique solution c’est l’unité avec le Maroc et la Tunisie, le reste n’est que des rancunes de vieillards qui ont engloutis des milliards de dollars pour rien ». 

Pour sa part, Mustapha Boukhelifa imagine ce que pourrait être l’avenir avec un tel rapprochement, qu’il appelle de ses vœux : « j’aurais aimé un Maghreb unis avec le libre-échange et une monnaie commune, une autoroute Casablanca-Alger-Tunis, un train à grande vitesse Casablanca-Alger-Tunis » avant de terminer avec enthousiasme « les conflits ne mènent à rien, c’est de la bêtise humaine. Unissons-nous maghrébins : un pour tous, tous pour un ! » 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *