Le Dounia parc d’Alger condamné par l’irresponsabilité des promoteurs immobilier
#ASavoir #Actualite #Agenda #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #ALGERIE
Selim Ben Taziri Rosa
mercredi 7 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 7 Septembre 2016 à 13:52

Au début de ce millénaire, l’Algérie souhaitait aménager un énorme parc urbain dans la capitale. Ce projet ambitieux signé entre un groupe émirati et le gouvernement algérien n’a jamais vraiment abouti.

Le Dounia parc à Alger, projet lancé afin de redonner un peu de couleur dans une des villes les moins vertes du monde viens de basculer dans l’obscurité. Suite à une visite d’inspection dans la zone d’expansion touristique, le ministre algérien de l’Aménagement du territoire et du tourisme, Abdel wahab Nouri, a exprimé son indignation face au détournement foncier d’envergure qui se sont produit au cours de l’aménagement du parc.

Agissements déplorables

Il déplore que 40 attributions concerneraient des fast-food et restaurants sur un total de 96 attributions. « Quarante fast-foods, vous imaginez ! Ils n’ont pas de permis de construire et on leur a permis de lancer les travaux » il ajoute que sur les 1059 hectares que compte le parc, plus de 64 hectares ont été attribués illégalement.

Face à ces agissements, une centaine de projets ont été résilié par les services fonciers. Le ministre a déclaré qu’il est « impossible d’insuffler le développement du secteur touristique par l’encouragement d’une telle culture et du déni de la loi ».

Un projet initialement ambitieux

Le plan d’aménagement du Parc a été présenté sur maquette en 2007 par le groupe Emirati International Investment Compagnie (EIIC) ainsi que le ministère algérien de l’aménagement du territoire de l’environnement et du tourisme.

Initialement, ce projet était ambitieux. Le plan souhaitait consacrer 70% de la superficie aux aires de jeux, aux jardins botaniques et même à une forêt. Le reste de l’espace aurait été dédié à un parking, 500 chambres d’hôtel, un amphithéâtre de 5 000 places, une tour de 47 étages, un hôpital et plusieurs commerces.

En raison de problèmes financiers multiples rencontrés par le groupe émirati, du délaissement de la part du gouvernement algérien et du nouveau scandale qui ne fait que freiner la construction du parc, le Dounia Parc se résume à quelques pistes non bitumées, à un lac artificiel terni par le temps et à d’immenses terrains vides.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *