Le football pour pallier la baisse du dinar ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #TUNISIE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 9 septembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 9 Septembre 2016 à 07:50

La Banque centrale tunisienne entend bien limiter la sortie des devises. Dans sa dernière sortie, l’organe monétaire s’attaque au football…

En Tunisie, la crise financière est l’affaire de tous. C’est en tout cas ce qui ressort des dernières sorties de la Banque Centrale qui met les pieds dans le plat pour pallier la dépréciation chronique du dinar et les transferts de devises. Le salut viendrait-il du football ? Le sport national est en effet dans le collimateur de la « banque des banques ». Explications…

La Banque centrale s’attaque au football

Depuis la révolution, la Tunisie a changé de gouvernement plus souvent que de sélectionneur. Contrairement aux sélections marocaine et algérienne, les Aigles de Carthage ont toujours pu compter sur un championnat compétitif qui formait l’ossature de l’équipe nationale.

Aujourd’hui, les acteurs du ballon rond tunisien s’interrogent sur les répercussions des mesures récemment édictées par la Banque centrale. En effet, les clubs locaux seront bientôt contraints à rémunérer leurs joueurs (et entraîneurs) en dinar uniquement, y compris les étrangers, pour faire face à la morosité du dinar sur les marchés internationaux de devise.

Une source de revenu en moins ?

Pour appréhender les craintes des dirigeants de clubs, il faut revenir au « business model » des équipes. « Le championnat tunisien est souvent un tremplin pour des joueurs majoritairement subsahariens, lesquels sont généralement transférés en Europe ou dans le Golfe », explique Hussein Jenayah, directeur exécutif de l’Etoile sportive du Sahel.

Ces joueurs « en transit » constituent donc une source de revenu indispensable aux clubs dans un championnat qui manque de sponsors. Elyes Ghariani, dirigeant de l’Espérance de Tunis, craint que cette mesure ne vienne « dissuader certains [joueurs étrangers] de venir en Tunisie », dans la mesure où certaines recrues exigent un contrat en euro ou en dollar pour ne pas « perdre d’argent au bureau de change ».

Créé en 1907 et professionnel depuis 1995, Ligue I Pro est l’un des championnats les plus compétitifs du continent, plaçant régulièrement des équipes dans le dernier carré de la Champions League africaine et dans la coupe de la CAF.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *