L'Algérie et le Maroc se disputent la paternité du Raï pour son inscription à l'Unesco
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #CultureSport #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Politique #ALGERIE #MAROC
Selim Ben Taziri Rosa
mardi 13 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mardi 13 Septembre 2016 à 09:35

Le Rai, musique du « bien vivre ensembles » a bercé une énorme communauté maghrébine depuis plus de 30 ans. L’Algérie revendique sa paternité et souhaite le classer à l’Unesco.

Khaled Hadj Ibrahim connu sous le nom de scène Cheb Khaled, chanteur de Raï originaire d’Oran (Algérie)

Dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine algérien, l’Algérie souhaite classer le Raï (chant populaire algérien), la distillation de roses et fleurs ainsi que le métier de « Mesureur d’eau » au patrimoine mondial de l’humanité.

Lundi 31 Août, trois nouveaux dossiers de classement à la liste représentative du patrimoine mondial ont été déposés par le centre national des recherches préhistorique, anthropologiques et historiques (CNRPAH) à Alger.

Cette annonce a été prononcée par le directeur de la CNRPAH, Slimane Hachi.qui a précisé que les trois dossiers avaient déjà été déposés dans les bureaux de l’Organisation des nations unis après finalisation en mars dernier.

Relation entre l’ONU et le CNRPAH

Le CNRPAH est en pleine préparation d’un dossier maghrébin qui classera le Couscous, les chants « Sraoui » et « Achouiq » ainsi que les bijoux traditionnels provenant de Beni Yenni.

Le président du conseil des arts et des lettres, Abdelkader Bendameche estime que l’Algérie détient une forme d’expression musicale et poétique féminine.

L’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture a déjà procédé à l’inscription au patrimoine immatériel mondial les traditions estimées en danger de disparition de plusieurs pays.

Parmi ces traditions, le Gwoka, représentant les danses, musiques et chants traditionnels Guadeloupéens, l’équitation de tradition française ou encore six éléments algériens classés eux aussi dans le patrimoine de l’humanité dont ; le costume nuptial féminin de Tlemcen, le pèlerinage du Rakb de Sidi Cheikh ou encore le Sbouâ de Timimoun.

Le Maroc s’oppose à l’Algérie

Cependant, le Maroc ne l’entend (le Rai) de la même façon. Chaque année, le Festival international de Rai se tient à Oujda, au Maroc.

L’association Oujda, revendiquant la paternité de ce genre musical, avait l’intention de classer le Raï à l’Unesco en tant que « Chant populaire marocain ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *