L’Algérie va mener un vaste projet agricole avec la Chine
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #ALGERIE
Karl Demyttenaere
mardi 20 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mardi 20 Septembre 2016 à 07:41

Pour l’aménagement des terres agricoles salines dans la région de Hmadnas (Relizane, dans l’ouest du pays), un protocole d’accord a été signé entre le secrétaire général du ministère algérien de l’Agriculture Kamel Chadi et l’ambassadeur de Chine en Algérie Yang Guangyu. L’expertise chinoise devrait être d’une grande aide pour Alger.

Un paysage de la région de Relizane (ouest de l’Algérie)

Le protocole d’accord concernant l’exécution de la deuxième phase du projet pilote de l’aménagement des terres agricoles salines dans la région de Hmadnas (ouest de l’Algérie) a été officiellement signé le 15 septembre. Le document a été ratifié par l’ambassadeur de Chine en Algérie Yang Guangyu et le secrétaire général du ministère algérien de l’Agriculture Kamel Chadi.

Un enjeu majeur

Les terres salines algériennes représentent 600 000 hectares dans l’ensemble du pays, dont 18 000 rien qu’à Relizane. Comme l’a précisé dans son communiqué le ministère à propos de ce programme, « ce projet est d’un intérêt stratégique pour l’Algérie où l’on constate, depuis des décennies, une extension considérable de la salinisation des terres agricoles particulièrement dans les zones arides et semi-arides. Le non-traitement de ce phénomène entraîne une stérilisation définitive des sols affectés. Donc, ces superficies risquent à moyen terme d’être définitivement perdues par le secteur agricole »,

Alger compte ainsi s’appuyer sur l’expertise chinoise pour aider les producteurs locaux. « La recherche scientifique doit identifier les solutions techniques et les vulgariser ensuite auprès des agriculteurs des zones affectées. Les résultats encourageants des expérimentations effectuées incitent à poursuivre les essais durant une seconde phase (2016-2018) avec l’appui de l’expertise chinoise », souligne le communiqué précédemment cité.

A noter que la première phase du projet a débuté en 2012 grâce à un partenariat entre l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie (INRAA) et l’entreprise « China agriculture international development », la deuxième phase doit être celle de la vulgarisation des techniques d’aménagement des terres salines.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *