Tunisie : le Parlement européen débloque 500 millions d'euros
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
mercredi 21 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 21 Septembre 2016 à 07:45

Après une révolution pacifique, la Tunisie a lancé un appel à la communauté internationale et reçoit un soutien financier considérable.

Suite à l’appel à une mobilisation internationale en faveur de la Tunisie, le parlement Européen a accordé 500 millions d’euros à Tunis le 14 septembre dernier. Cette mobilisation a été initialement lancée par le Think Tank tunisien intitulé « le cercle de kheireddine ».

De plus, un plan Marshall a également été envisagé pour sortir le pays de la crise économique sévissant depuis la révolution du Jasmin en 2011.

Plan Marshall

Le plan comporte un large programme qui vise la préservation du modèle sociétal tunisien. Ce modèle est bâti sur la démocratie, la quête de plus de justice sociale, la liberté individuelle, l’autorité de l’Etat de droit, le rôle de la femme dans la société ainsi que sur l’application de valeurs modernes et universelles de l’éducation tunisienne.

Le programme Marshall, permettrait d’initier l’Etat Tunisien à un nouveau modèle de développement plus inclusif socialement et plus ambitieux avec l’intégration vers l’international. L’équilibre entre les différentes régions du pays est de vigueur.

Ce plan prévoit un financement de 20 milliards d’euros répartis entre 2016 et 2020. La transition démocratique tunisienne sera supportée par ce plan. Un effort massif d’investissement publics et privés est prévu.

Cependant, les réels besoins d’investissement s’élèvent à 60 milliards d’euros pour les 5 ans à venir. Pour couvrir ses investissements, la Tunisie compte sur ses 60% d’épargne et sur des aides financières étrangères.

L’appel du cercle de Kheireddine

Le cercle de kheireddine appel la communauté internationale à mettre en œuvre une déclaration claire sur les modalités de mobilisation et de coordination entre les différentes institutions financières afin de contribuer de manière optimale à la croissance et à la restructuration de l’économie tunisienne.

Il appelle également les pays européens à s’engager dans leurs appuis de l’obtention d’un statut de partenaire associé à l’union européenne pour la Tunisie.

Cet appel a été lancé par le Cercle des Economistes français et la Fondation Prospective & Innovation. Ils ont collaboré avec l’Association des Tunisiens des Grandes Ecoles, l’Initiative pour le Développement Economique et Social, l’Association pour la Recherche sur la Transition Démocratique ainsi que Tunisian American Young Professionals.

Ils ont également organisé une rencontre de présentation de l’appel le jeudi 15 septembre à Paris. Plusieurs dirigeants du Cercle Kheireddine étaient présents. Il s’agit de Adessalem Ben Ayed, Chékib Nouira , Abdelaziz Rassaa, Amel Belhajali, Mounir Ben Miled, Karim Ben Kahla, Ahmed Smaoui, Khaoula Boussama et Mohamed S’himi. Des dirigeants de six ONG partenaires et des personnalités internationales ont également répondu à l’appel.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *