Egypte : Des tensions commerciales avec les Emirats Arabes Unis et la Russie
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Selim Ben Taziri Rosa
jeudi 22 septembre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 22 Septembre 2016 à 12:36

Important exportateur de fruits et légumes dans le monde entier, l’Egypte fait face à deux obstacles commerciaux sur deux marchés. Le récent renforcement du contrôle douanier aux Emirats Arabes Unis et la cessation des exportations en Russie perturbe le secteur agro-alimentaire égyptien.

Les Emirats Arabes Unis ont décidé de renforcer la procédure de contrôle douanier des importations de fruits égyptiens afin d’éviter toute contamination au virus de l’hépatite A qui a fait ravage aux Etats Unis.

Une rumeur médiatique qui tombe mal

Cette nouvelle décision a été prise suite aux rumeurs affirmant que la vague de contamination de plus de 119 personnes au Virus serait directement liée à la consommation de fraises importées d’Egypte. Des enquêtes en partenariat avec les autorités du Caire sont toujours en cours aux Etats Unis.

Une confiance avait pourtant été accordée aux fruits Egyptiens par leur principal importateur, l’Arabie Saoudite. Cependant, suite à la menace d’une contamination virale, des tests ont été menés sur des fraises congelés et ont permis de réfuter les accusations à l’encontre des fruits de provenance égyptienne confirmant qu’ils sont propres à la consommation.

Le marché russe egalement menacé

Pour rappel, cette rumeur tombe très mal pour le secteur égyptien de l’agro-alimentaire qui vient également de perdre son marché russe, deuxième plus grand marché après l’Arabie saoudite.

Effectivement, suite à un différend économique concernant la baisse radicale des importations égyptiennes de blé en provenance de Russie, une contre-attaque commerciale russe a donc suspendu toute importation d’agrumes, de tomates, de pommes de terre ainsi que de fraises en provenance d’Egypte.

Cette manipulation commerciale est camouflée sous le motif officiel annonçant une « insuffisance des efforts du système phytosanitaire égyptien ». Ce motif est intervenu seulement quelques heures après le rejet par Le Caire d’un chargement de blé en provenance de la Russie.

D’un côté, la Russie, ayant comme premier client mondial l’Egypte, estime que cette situation est préoccupante pour les cours du blé qui ne cesse de baisser. De l’autre, l’Egypte est également dépendante de Moscou étant le deuxième plus grand client en fruits et légumes.

Suite à cet embargo commercial et au contrôle des émirats des fruits égyptiens, comment l’Egypte compte sortir de cette impasse et quelles seront les répercussions sur les cours des fruits et légumes ainsi que sur les exportations ?

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *