La Chine et la Banque mondiale s'engagent dans le développement des infrastructures africaines
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #ALGERIE #MAROC #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
mardi 27 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mardi 27 Septembre 2016 à 12:17

Depuis la première contribution de la Chine au développement Africain avec le chemin de fer Tanzam en 1970, le “made in china” en Afrique n’a cessé de se développement. Cette année, une nouvelle institution en faveur de projet d’infrastructure en Afrique est lancée.

Le lancement officiel d’une nouvelle institution de financement des projets d’infrastructures en Afrique a été annoncé par la Chine et la Banque mondiale le 12 septembre dernier. Cette institution sera dotée d’un capital de 500 millions de dollars (444 millions d’euros).

Du made in china en Afrique ?

Cette nouvelle institution chargée de la construction d’infrastructures pour les télécommunications, le transport et l’énergie est baptisée China Overseas Infrastructure Development and Investment Corporation Ltd (COIDIC). Les actions de cette institution s’articulent autour de plusieurs entreprises chinoises ainsi que plusieurs banques.

Il s’agit du fonds de développement Chine-Afrique (CADFund), de la china Gezhouba Group overseas investment ainsi que la china development Bank (CDB). Les projets d’infrastructures couvriront la phase de conception, la réalisation des études de faisabilité, la mobilisation des financements et la prise de participation au moment de l’exploitation commerciale.

Le directeur général adjoint de la COIDIC, Nicholas Mitsos, a déclaré qu’à travers cette nouvelle structure, l’institution cherche à montrer que le soutien des projets d’infrastructures dans les pays en développement peut tout à fait être réalisé par une équipe composée d’investisseurs chinois et d’institutions occidentales.

Un projet aux rendements élevés

Mr. Mitsos a ajouté qu’« une fois ces projets achevés, les investisseurs et les prêteurs peuvent obtenir des rendements élevés en cédant leurs participations à des fonds de pension, des compagnies d’assurances et d’autres investisseurs institutionnels à la recherche d’actifs plus rentables que les obligations souveraines ».

La Banque de développement lancée par les pays membres du groupe des BRICS, la banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et la New Development Bank (NDB) seront appelées à participer au financement de ces  projets.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *