Portrait de Shimon Peres, père fondateur de l'Etat Hébreu
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EnDirectDe #Institutions #Politique #ISRAEL
Karl Demyttenaere
mercredi 28 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 28 Septembre 2016 à 07:25

Il est certainement l’un des personnages les plus emblématiques de l’histoire politique de l’Etat Hébreux. Portrait de Shimon Peres…

Shimon Peres

En convalescence depuis son hospitalisation le 13 septembre dernier après un accident vasculaire cérébral majeur, Shimon Peres est le dernier des pères fondateurs de l’Etat Hébreu. Ecomnews Med vous propose de revenir sur la vie de ce grand nom d’Israël…

Un parcours semé de riches réalisations

Qualifié de « légende vivante » par Barack Obama, et d’« Albert Einstein du monde social » par Bill Clinton, Shimon Perez est une école historique à lui tout seul… En 1934, le jeune Szymon Perski émigre avec sa famille à Tel Aviv en provenance de Vishnyeva en Pologne (aujourd’hui en Biélorussie) à l’âge de 11 ans et se scolarise à l’école Guela puis à l’institut agricole de Ben-Shemen.

En 1947, ce polonais de naissance intègre la Haganah, l’ancienne armée de défense d’Israël, dont il deviendra vite le leader. S’en suivra alors une ascension fulgurante qui le conduira en 1953 au poste de directeur général du ministère de la Défense.

C’est à cette période de sa vie qu’il réussira l’un de ses plus grands faits d’arme. En effet, conscient de l’environnement hostile dans lequel évolue le jeune Etat, Perez s’attache à muscler son armée et réussit à ce titre à obtenir un réacteur nucléaire Dimona ainsi qu’un avion de combat à réaction de type Mirage III. Forts de ces deux acquisitions au poids militaire certain, Israël s’impose peu à peu sur l’échiquier régional.

Le parcours politique de Shimon Peres sera marqué par plusieurs portefeuilles ministériels, dont les Affaires Etrangères, l’Immigration, la Défense ou encore l’Information. S’il n’a jamais mené son parti à une victoire aux élections, Shimon Peres occupe à trois reprises le poste de Premier ministre.

De militant pour la paix à chef de l’Etat Israélien

En 1986, lorsqu’il est ministre des Affaires étrangères, Simon Peres lutte pour la paix avec les Palestiniens. Les accords d’Oslo se veulent alors la consécration de ces efforts. Il sera par ailleurs sacré Prix Nobel de la paix en 1994, en compagnie de Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, respectivement Président de l’Autorité Palestinienne et Premier ministre d’Israël.

Candidat à l’élection présidentielle de 2007, il profite du retrait des candidatures de Colette Avital et Reuven Rivlin pour devenir le 9e Président d’Israël. 

Même après sa présidence, Shimon Peres restera actif avec son Centre “Peres pour la paix”, défendant la coexistence entre juifs et Arabes. Il est décédé à l’âge de 93 ans des suites d’un accident vasculaire cérébral dans l’hôpital Tel-Hashomer de Ramat Gan, près de Tel Aviv.

Il sera enterré le vendredi 30 septembre en présence de nombreux chefs d’Etats parmi eux Barack Obama, François Hollande…

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *