Un investissement de 27 millions d’euros pour l’énergie photovoltaïque au Liban
#ASavoir #Actualite #Decideurs #Economie #Entreprises #Institutions #LIBAN
Selim Ben Taziri Rosa
mercredi 28 septembre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 28 Septembre 2016 à 12:29

Jouissant de 3 000 heures de soleil par an, le Liban connait depuis 2015 un boom dans le domaine du photovoltaïque.

Le programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) a mené une étude qui a révélé que le montant des investissements dans l’énergie solaire photovoltaïque au Liban est passé de 2.3 millions de dollars (2.1 millions d’euros) en 2010 à 30.5 millions de dollars (27.3 millions d’euros) en 2015.

Le domaine de l’énergie solaire explose au Liban

De 18 projets en 2010, les projets réalisés ont grimpé à 259 à fin 2015 et la taille moyenne de ses derniers est passée de 5 à 21 kilowatt-pic (kWp). La capacité de production des panneaux photovoltaïques représente 0.47% de la totalité de l’électricité au Liban. Elle atteint 9.45 mégawatts (MW) fin 2015, soit 149% d’augmentation par rapport à l’année écoulée.  Selon un commentaire de Jil Amine, chef de projet du DREG, ce taux pourrait atteindre 200% cette année.

Cette augmentation des projets est due à une demande de plus en plus forte dans le secteur commercial, le secteur industriel et les secteurs résidentiels et agricoles, avec des taux respectifs de 22%, 18% et 17%. Les régions qui ont fortement contribuées à cette explosion de la demande sont le Mont-Liban avec 32%, Beyrouth (25%) et la Békaa (19%).

Ce bond dans le domaine du développement durable libanais s’explique par la mise en place d’un programme de financement incitatif lancé par la Banque du Liban ainsi qu’une baisse de 63% en cinq ans des prix d’installation des panneaux, passant de 7 178 dollars (6 408.4 euros) le kWp à seulement 2 675 dollars (2 389 euros) en 2015.

Qui finance tous ces projets ? pour quelle raison ?

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet « Small Decentralized Renewable Energy Power Generation (DREG). Elle est financée par le Fonds Mondial de l’Environnement (GEF) à hauteur de 1.45 milliards de dollars (1.3 milliards d’euros) ainsi que le programme de développement des nations unies qui a fait don de 125 millions de dollars (111.6 millions d’euros) pour soutenir ce projet.

 Ce projet est exécuté par le ministère libanais de l’énergie et de l’eau et a, pour mission principale, de réduire les émissions de gaz à effet de serre à travers l’élimination des obstacles à l’application généralisée de la production décentralisée d’énergie renouvelable.

Pour rappel, l’entreprise libanaise Irsal Telecom avait installé 500 réverbères fonctionnant à l’énergie solaire et équipés de lampes Led dans plusieurs régions libanaises. Cette installation s’inscrit dans le cadre d’un don de 3.6 millions de dollars (3.2 millions d’euros) de la part du gouvernement chinois.

Au total, plus de 3 400 réverbères à l’énergie solaire ont été installés dans plusieurs régions du Liban depuis juin 2013.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *