Le point sur la francophonie au Liban
#ASavoir #AnalyseEconomique #CultureSport #EchangesMediterraneens #Economie #LIBAN
Ecomnews Med Redaction
vendredi 30 septembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 30 Septembre 2016 à 07:44

Le Liban est-il toujours la locomotive de la francophonie au Moyen-Orient ? Comment la langue française est-elle perçue au pays du Cèdre ? Eclairage.

Le caractère communautariste qui distingue la société libanaise a paradoxalement concouru à la dynamisation de la francophonie. La langue de Molière s’est peu à peu érigée en outil de vivre ensemble dans un pays qui porte encore les séquelles des conflits armés de son histoire contemporaine. Focus…

La langue française affectionnée par les libanais

La francophonie a pu survivre dans le pays du Cèdre en se transformant en une sorte d’objet impalpable qui accapare les valeurs d’ordre universel et exerce une certaine autorité sur tout ce qui relève du culturel.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le français n’est pas le seul apanage des milieux aisés… A l’heure ou la culture arabe est en régression notable et où la mondialisation achève son avancée quasi-inéluctable, la langue française et la culture francophone au Liban font office de repères sociaux qui s’inculquent aussi bien à l’école qu’à la maison.

D’ailleurs, de nombreux ménages libanais préfèrent inscrire leurs enfants dans les établissements du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) ou encore à la Mission laïque française. Ces institutions ont ainsi contribué à forger, au côté de l’arabe, l’identité nationale des libanais qui perçoivent le français non seulement comme un outil de communication, mais aussi et surtout comme une langue de formation et de culture faisant partie intégrale de leur identité nationale.

Les liens libano-français au service de la francophonie

Le Liban et la France sont liés par de fortes relations d’amitié que le président Hollande n’a pas manqué de mettre en lumière à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU.

L‘Institut français du Liban est très actif sur le plan culturel et les liens entre les deux pays se maintiennent également à travers l’Agence universitaire de la francophonie dont l’objectif est d’appuyer et renforcer la communauté universitaire francophone du Moyen-Orient.

Le dynamisme culturel de Beyrouth a d’ailleurs permis à la francophonie de se répandre au Moyen-Orient, à tel point que le pays du Cèdre est aujourd’hui considéré comme le bastion des valeurs francophones au niveau régional.

Cependant, le rayonnement de la francophonie et de la langue française dans la région reste contraint par le contexte géopolitique de la région du Moyen-Orient, et les objectifs atteints ne sont pas toujours à la hauteur des aspirations des Libanais d’inspiration francophone, notamment les journalistes, auteurs, éditeurs et étudiants.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *