no_picture
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #PhotosEtVideos #VieDesEntreprises #ALGERIE
Karl Demyttenaere
mercredi 5 octobre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 5 Octobre 2016 à 10:49

La Business Association Algérie-Corée du Sud (dont le nom est provisoire) vient d’être lancée pour promouvoir la coopération entre les entrepreneurs algériens et sud-coréens.

Lancement de la Business Association Algérie-Corée du Sud le 4 octobre

Le 4 octobre, 53 membres fondateurs ont lancé une association mixte dont l’objectif est la promotion de la coopération entre les entrepreneurs des deux pays.

Cette nouvelle structure, baptisée provisoirement Business Association Algérie-Corée du Sud, a été fondée par 16 hommes d’affaires algériens issus de plusieurs secteurs (l’électronique, l’engineering, la pétrochimie et l’industrie pharmaceutique) ainsi que 18 hommes d’affaires sud-coréens dont les responsables Algérie de Daewoo Const., Posco-Daewoo, LG Elec., Samsung C&T, Hyundai, Keiti, etc.

Algerie-Coree du Sud

Ce qu’en pense la présidente

Saïda Neghza, patronne de la Cgea (Confédération Générale des Entreprises Algériennes) a été élue présidente de ce nouvel organisme. « Je suis heureuse d’annoncer la naissance de Business Association-Corée du Sud aujourd’hui, une association qui va rassembler durablement les hommes d’affaires algériens et sud-coréens et leur permettre de construire des opportunités d’affaires et d’échanger sur leurs projets communs », a-t-elle indiqué. 

« Les relations de l’Algérie avec la Corée du Sud remontent à plus d’un demi-siècle. Elles se sont soldées au cours de cette période par plusieurs réalisations importantes. Mais l’accord de coopération stratégique signé entre les deux pays en 2006 reste, pour l’heure, l’axe principal autour duquel s’articulent les échanges algéro-coréens », a-t-elle également déclaré.

La dirigeante a terminé en précisant que la « Business Association Algérie-Corée du Sud vise à dynamiser les partenariats entre les deux pays d’une part et, d’autre part, développer notre économie, améliorer nos ressources humaines et transférer les technologies ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *