Bientôt des véhicules Hyundai
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #ALGERIE
Selim Ben Taziri Rosa
jeudi 6 octobre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 6 Octobre 2016 à 07:26

Dans le cadre de la politique algérienne concernant l’obligation des concessionnaires à investir dans des projets industriels, Cima Motors se lance dans la production industrielle de voitures de marque Hyundai.

Le concessionnaire Cima Motors, basé en Algérie, s’est lancé dans la production industrielle de voitures de la marque sud-coréenne Hyundai.

Une usine qui tourne à plein régime

L’usine algérienne, située à Zaaroura, dans la Wilaya de Tiaret (à l’ouest du pays), sortira la première voiture Hyundai le 1er novembre prochain et envisage de produire plus de 36 000 véhicules la première année. Plus de 1 100 emplois seront générés dont 700 directes.

La superficie de l’usine est de 247 000 mètres carrés et comprendra une piste d’essai répondant aux normes internationales. Cette manufacture robotisée aura une capacité de production annuelle de 100 000 unités comportant 3 lignes de montage pour un investissement de 450 millions de dollars (403 millions d’euros).

La fiche technique du concessionnaire estime que le taux d’intégration initial atteindra 15% au bout de la troisième année d’exercice et passera par la suite à plus de 40% pour la cinquième année. L’usine produira dix modèles de la marque. Il s’agit de Grand i10, i20, i30, i40, Accent RB, Veloster, Elantra, Tucson, Santa Fe, H1 et G100.

Une menace gouvernementale évitée

L’attribution exclusive de cette fabrication 100% Hyundai de l’usine algérienne a contraint le PDG de Cima Motors, Mahieddine Tahkout à mettre un terme au projet de production de véhicules iraniens de la marque Sajpa.

Ce nouveau contrat entre le sud-coréen et Cima Motors intervient dans le cadre de la politique gouvernementale algérienne qui menace les concessionnaires automobiles algériens de perdre leur agrément au cas où ils n’investiraient pas dans des projets industriels ou semi-industriels dans le secteur de l’automobile avant le 1er janvier 2017.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *