27 pays s'engagent pour soutenir l'agriculture africaine
#ASavoir #Actualite #Agenda #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Politique #MAROC
Selim Ben Taziri Rosa
vendredi 7 octobre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 7 Octobre 2016 à 08:39

L’agriculture africaine est particulièrement affectée par les changements climatiques. Une initiative marocaine a lancé la formule triple A pour faire face à cette situation et dynamiser ce secteur.

Un engagement à mettre l’adaptation de l’agriculture africaine au cœur des négociations de la COP22 a été adopté par 20 ministres et 27 délégations le 30 septembre dernier au centre d’un sommet à Marrakech.

Cette « rencontre internationale de Haut Niveau » s’est assigné pour objectif de créer une coalition en faveur de l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA) aux changements climatiques, une des priorités de la présidence marocaine pour la COP22.

Une initiative purement marocaine

Cette initiative, lancée en avril 2016, bénéficie du soutien de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de 25 pays africains.

Elle encourage la mise en place de projets concrets concernant l’amélioration de la gestion des sols, la gestion des risques climatiques, les capacités et solutions de financement et la maitrise de l’eau agricole afin d’atténuer la vulnérabilité de l’agriculture africaine face au changement climatique.

Les solutions promues en matière de risques climatiques sont le développement de l’assurance agricole indicielle, le développement et l’amélioration des systèmes d’observation et de prévision ainsi que le développement des programmes de formation.

L’initiative marocaine provient du constat que l’importance de l’agriculture, de l’Afrique et de l’adaptation au climat est trop souvent sous-estimée et ne prend que peu de place lors des négociations internationales et des allocations des fonds climat.

Une campagne de sensibilisation de la société civile en faveur de cette initiative, sous le nom de « WEAAARE » a été mise en place lors de cette rencontre.

Un reportage de la Banque Mondiale sur le potentiel agricole en Afrique

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *