Pourquoi l'Algérie doit faire appel à ses ressortissants ?
#AnalyseEconomique #EchangesMediterraneens #Economie #ALGERIE
Ecomnews Med Redaction
mardi 11 octobre 2016 Dernière mise à jour le Mardi 11 Octobre 2016 à 07:56

L’entrepreneur Yacine El Tabib, nous explique la vision qu’il a de cette diaspora algérienne revenant fréquemment au centre du débat public et pourquoi elle constitue une force encore sous-estimé.

Comme je le disais dans un précédent article, la diaspora est une « problématique » en Algérie de part son histoire géopolitique. En effet l’Algérie a été colonisée pendant 132 ans, s’en est suivi une guerre de libération, un système politique profondément socialiste et populaire, puis une politique étrangère tiers-mondiste, non alignée et très engagée.

Donc à partir de ce constat, pour un Algérien tout ce qui vient de l’étranger (économiquement et politiquement) est potentiellement perçu comme une « menace » pour le régime et la population. C’est un sentiment compréhensible pour certains à la vue de l’histoire coloniale de l’Algérie.

Une économie fragile

Suite à la crise pétrolière récente, le gouvernement Algérien s’est rendu compte que son économie était plus fragile qu’il ne le pensait. Francis Perrin expert en pétrole et gaz et président de Stratégies et Politiques Énergétiques (SPE) dit dans une récente interview « l’Algérie en l’état peut tenir 3 ans ». Venant d’un expert le constat est assez alarmant.

Les citoyens Algériens ressentent cette situation et cela se traduit par plusieurs faits récents et marquants :

  • Tous les méga-contrats ont été annulés ou suspendus ;
  • les lois de finances de 2016 puis de 2017 sont restrictives : augmentation du prix de l’essence, de l’électricité, hausse de la TVA (Celle-ci passera de 17% à 19% pour le taux plein et de 7% à 9% pour le taux réduit.) ;
  • Opérateur téléphonique taxé ;
  • Possible recours à l’endettement extérieur. 

Le gouvernement algérien actionne depuis 2014 bons nombres de leviers pour diminuer l’impact de la baisse des revenus pétroliers sur son économie, ces derniers n’ont pour l’instant eux aucun effet notable. Elle essaie bon gré mal gré de se dégager davantage de recettes fiscales pour couvrir son écart de budget, mais dans un pays où l’informel a pris une part importante dans les échanges, cela ressemble à du mercurochrome sur une jambe de bois !

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *