Le portefeuille des consommateurs algériens en prend un coup
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #ALGERIE
Selim Ben Taziri Rosa
mercredi 12 octobre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 12 Octobre 2016 à 07:34

L’inflation des produits alimentaires de large consommation a frappé de plein fouet les portefeuilles des consommateurs algériens. Un déséquilibre tarifaire régional s’ajoute à cette inflation.

Le mois d’Aout 2016 a connu une hausse significative des prix par rapport à l’année précédente. Les produits d’épiceries, représentant la majorité des dépenses des consommateurs, souvent contraints d’acheter leurs provisions dans la seule épicerie de leur village ont flambé.

Les prix de produits alimentaires explosent en Algérie

A titre d’exemple, la poudre de lait infantile, le riz, les pâtes, la sauce tomate, les huiles alimentaires, les œufs et même le thé ont augmenté de 5% à 12% par rapport à l’année écoulée.  Les pois chiches et lentilles ont quant à eux augmenté de 60,4% et 22,1% respectivement. L’ail importé, l’ail local sec et la tomate fraiche, trois produits de base de l’alimentation algérienne ont également explosé avec des taux allant de 17.6% à 28.7%.

Cependant, les viandes bovines et ovines ont quant à elles baissé légèrement. L’oignon sec (-31%), la pomme de terre (–8.3%) ou encore le lait en poudre destiné aux adultes ont enregistré une baisse de leurs prix.

Un écart régional des prix

Des disparités de prix substantielles entre les régions du pays pour les produits alimentaires ont également été constatées. Les frais de transport des wilayas éloignées, les différentes spécialités régionales agricoles pour les fruits, les légumes et les viandes ainsi que les habitudes alimentaires sont les facteurs qui ont créé le plus d’écart de prix entre les régions.

Pour illustrer cet écart régional, le thé était vendu à 390 dinars algériens (3.2 euros) le kilo à Annaba contre 813 dinars (6.6 euros) à Ouargla, pour moins de 600 kilomètres de distance. Les viandes sont quant à elles moins chères dans la région de Batna qu’à Alger avec une différence de plus de 190 dinars algériens (1.6 euros) entre les 300 kilomètres qui séparent les deux villes.

Le rythme d’inflation annuel “quasi-stable” en fevrier 2016 par Algérie Online

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *