Un nouveau moyen de transport en commun « limo-bike » à Alexandrie
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Selim Ben Taziri Rosa
jeudi 27 octobre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 27 Octobre 2016 à 12:52

Avec plus de 4.7 millions d’habitants ainsi qu’une infrastructure routière défectueuse, la ville d’Alexandrie souffre d’embouteillages monstrueux. Un nouveau moyen de déplacement voit le jour.

Alexandrie, deuxième ville égyptienne voit la création de la première compagnie privée de motos-taxis. Un nouveau venu qui gagne déjà beaucoup de terrain face aux tarifs plus élevés des taxis ainsi que les embouteillages de la ville.

Un concept qui facilite la vie des égyptiens à Alexandrie

Le scooter baptisé « Limo-bike » fait ravage auprès des égyptiens qui subissent la hausse des prix et une pénurie de plusieurs produits suite à une politique d’austérité menaçant la classe moyenne. Enregistrant une dizaine de clients par jour à ses débuts, le nombre dépasse aujourd’hui la trentaine. 

Ce projet a été lancé l’année dernière par une société de transport qui a décidé d’adopter le concept Uber dans les motos-taxis proposant toute une gamme de scooters adaptés aux nouvelles technologies. Le choix des chauffeurs est crucial pour la sécurité, la fiabilité ainsi que la réputation des services de Cabi moto-taxis. Pour des raisons de sécurités et afin de mettre à l’aise certaines clientes, l’équipe de chauffeurs compte également 4 femmes.

Ce concept vise également à promouvoir le secteur touristique à travers une visite de la ville plus dynamique et pratique afin d’offrir aux touristes une vue panoramique sur l’ensemble de la ville.

Un concept qui  contribue à la relance économique de l’Egypte? 

Une étude réalisée par le centre japonais des études sur la circulation ainsi que le ministère du transport égyptien indique que la vitesse moyenne des véhicules dans les rues de la ville sera de 11 kilomètres par heure d’ici 2020. Cette lenteur de circulation contraindra les usagers de bus, de taxis et de véhicules privés à se tourner vers les moto-taxis ou plus encore, l’acquisition d’un deux roues.

En outre, l’organisme national de la mobilisation et des statistiques (Capmas) indique que les embouteillages coûtent à l’Etat environ 8 milliards de dollars par an.

Pour en savoir plus, un reportage d’Africanews (en anglais) sur le lancement de ce nouveau moyen de transport

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *