Le Maroc, nouvel El Dorado de l’enseignement supérieur ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #CultureSport #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Recrutement #MAROC
Karl Demyttenaere
vendredi 28 octobre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 28 Octobre 2016 à 15:01

Depuis plusieurs années, les établissements les plus prestigieux de France mais aussi d’autres pays viennent s’installer dans le royaume. Et pour cause, le Maroc ne manque pas d’atouts.

L’Universite Al Quaraouiyine de Fes

Centrale, EM Lyon, Essec, Toulouse Business School et plus récemment l’université Paris-Dauphine se sont installés au Maroc. Ils viennent répondre à une forte demande de familles marocaines de formations prestigieuses après le bac. Cette étape intervient généralement avant un troisième cycle à l’étranger. 

L’attractivité du Maroc s’explique aussi par un coût des études moins important dans le royaume et la porte d’entrée que le royaume représente pour les étudiants africains, n’ayant pas besoin de visa.

En effet, les établissements français installés au Maroc recrutent des étudiants marocains et africains, visant des installations sur le continent. Et pour cause, il constitue un marché important puisque 600 millions de personnes cherchent du travail en Afrique, selon certains observateurs ils seront 1,2 milliards en 2050.

Sur ce marché prometteur, la concurrence s’annonce rude. En mai, le britannique Actis a pris une participation dans l’université marocaine Mundiapolis. Le fonds DPI a pour sa part mobilisé 20 millions de dollars dans l’université privée de Marrakech. Autre exemple, d’un groupe américain cette fois, Laureat, qui a mis sur pied l’université internationale de Casablanca en 2010.

Les établissements français sont les plus nombreux au Maroc, mais pour combien de temps ?

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *