Mehdi Khemiri et Favizone viennent en France !
#ASavoir #AnalyseEconomique #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #TUNISIE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 28 octobre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 28 Octobre 2016 à 10:14

Brillant serial entrepreneur tunisien, il entend s’implanter dans le marché du numérique français avec sa start-up Favizone. Portrait de Mehdi Khemiri…

Au moment où le célèbre incubateur français The Family soutient que « la France est un environnement toxique pour les start-ups », Mehdi Khemiri décide de tâter le terrain de l’Hexagone et implante sa jeune pousse à Paris. Ecomnews Med vous propose de découvrir Favizone et son fondateur !

Mehdi Khemiri, le boss tunisien du numérique

Mehdi Khemiri n’en est pas à sa première startup. Il est aussi le fondateur de Topnet, un fournisseur de services internet et ADSL en Tunisie. L’entreprise affichait l’imposant chiffre d’affaires de 17, 6 millions de dinars (7 millions d’euros environ) en 2008 mais Mehdi Khemiri la revendra plus tard à Tunisie Telecom.

Après de brillantes études dans la prestigieuse école polytechnique de France, Mehdi Khemiri intègre l’Ecole Nationale Supérieure de Télécommunications où il se spécialise dans les réseaux informatiques. Mais c’est dans la grouillante Silicon Valley américaine que le jeune tunisien fera véritablement ses armes.

Celui qui a été élu meilleur jeune dirigeant de l’année 2008 par le Centre des Jeunes Dirigeants est aujourd’hui à la conquête du marché français avec Favizone!

Favizone à la loupe !

Créée en 2014 à Tunis, Favizone a pour ambition d’offrir une solution de personnalisation pour les sites d’e-commerce. La startup permet aux e-commerçants d’accroître leurs ventes en améliorant l’expérience en ligne de leurs clients via l’anticipation de leurs besoins.

Favizone analyse l’historique d’achat de chaque utilisateur pour afficher les produits qui lui correspondent le plus. Il y a quelques mois, Mehdi Khemiri a décidé d’implanter la startup en Ile-de-France pour un déploiement à moyen terme sur le marché européen.

Dans une interview accordée au magazine Web Manager Center, l’entrepreneur tunisien explique ce qui motive sa carrière : « Je dois tout à la Tunisie… Je voulais monter mon entreprise dans mon pays et y créer de la valeur ajoutée et des emplois. Mon ambition était dictée en grande partie par mon besoin de renvoyer l’ascenseur». Le patriotisme peut donc aussi être un bon moteur de l’entrepreneuriat !

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *