L’accord de libre-échange libano-européen jugé très durement par les libanais
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Selim Ben Taziri Rosa
lundi 31 octobre 2016 Dernière mise à jour le Lundi 31 Octobre 2016 à 09:26

Un accord de libre échange commercial entre le Liban et les pays de l’Union européenne est un fiasco selon les libanais. La visite d’une délégation européenne vient de raviver les tensions.

Un atelier de travail destiné aux entreprises libanaises, intitulé « Comment exporter votre produit vers l’UE » a été tenu le 26 octobre à l’hotel Radisson Blu à Beirut.

Un atelier consacré aux échanges commerciaux Libano-européens

L’atelier s’inscrit dans le cadre de la visite annuelle de la délégation de la direction générale du commerce de la Commission européenne, consacrée aux échanges commerciaux entre l’Union européenne (UE) et le Liban. La principale raison était d’informer les entreprises  sur les procédures et règles à suivre pour exporter leurs biens vers l’Europe.

La délégation européenne a présenté au cours de l’atelier de travail un service d’assistance Internet aux entreprises, le “export helpdesk” afin de faciliter l’accès au marché européen. La chargée d’affaires commerciales et économiques de la délégation de l’UE au Liban, Virginie Cossoul a annoncé un nouveau programme d’aide au secteur privé de 15 millions d’euros dédié à l’amélioration de la qualité des produits libanais.

Un accord de libre échange inégal selon les libanais

Cette visite n’est pas appréciée par tout le monde. Suite à l’accord de libre-échange entre le Liban et les pays de l’Union européenne, adopté en 2003, qui promettait une prospérité économique et commerciale à travers la suppression progressive des droits de douane et autres taxes aux effets similaires, les retombées pour le commerce libanais sont très loin des espérances et une injustice est constatée par des économistes.

« Nous espérions que l’accord permettrait de renforcer nos exportations vers l’UE. Mais ça ne s’est pas passé comme prévu », a déclaré le ministre de l’Industrie, Hussein  Hajj Hassan.

En effet, selon l’Union Européenne : « l’accord permet au Liban de bénéficier d’un accès spécial au large marché unique européen. L’ouverture du marché libanais facilitera également la modernisation économique du pays. En outre, ce partenariat offre des opportunités commerciales et d’emploi pour les jeunes, et permet de renforcer la position du Liban en tant que centre financier de premier plan au Moyen-Orient ».

Une inégalité entre le Liban et l’Union européenne ?

Les échanges commerciaux libano-européens ont doublé depuis cet accord pour atteindre 7.9 milliards de dollars l’année dernière. Cependant, la part libanaise dans les échanges commerciaux globaux est resté stable.

De même, les exportations libanaises augmentent moins vite que les importations de produits européens au Liban. Le déficit commercial avec l’UE a quant à lui augmenté de 133% en 2015. Un déficit qui se creuse pour être de plus en plus dépendant du géant commercial.

Le ministre dénonce ce piège économique et explique qu’il représente l’arrêt de mort de nombreux secteurs, comme celui de l’ameublement « En 1996, il y avait 10 000 usines, et aujourd’hui, moins de 2 000. ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *