L’Egypte lance un important appel d’offres pour s’approvisionner en gaz naturel
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #EGYPTE
Selim Ben Taziri Rosa
jeudi 3 novembre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Novembre 2016 à 12:03

En attendant la fin des opérations de développement du gisement gazier Zohr, qui changera complétement la donne égyptienne en matière d’énergie, le pays lance le plus important appel d’offres de GNL de tous les temps.

Un important appel d’offre d’achat de gaz naturel liquéfié (GNL) a été lancé le 23 octobre par l’Egypte lors d’une réunion de plusieurs responsables de grandes entreprises énergétiques mondiales au Caire.

Un appel d’offre de GNL pharaonique en Egypte

Cet appel d’offres porte sur 96 cargaisons de gaz naturel liquéfié destinées à l’approvisionnement du pays pour l’année 2017 et 2018. Il s’agit de la plus importante demande de GNL en appel d’offre au monde.

C’est d’ailleurs l’Egypte qui a soutenu le marché de gaz naturel en 2015 en enregistrant une énorme croissance de la demande de GNL. Plusieurs entreprises de courtage en matières premières se sont ainsi fait concurrence afin de répondre à la demande de gaz.

En plus des cargaisons, un supplément de 12 cargos sera inclus dans l’offre, cependant, la compagnie gazière publique égyptienne EGAS, holding appartenant à l’Etat égyptien pourrait ne pas accepter ce supplément.

Un statut d’exportateur perdu, mais pas pour longtemps.

Devenu importateur net de gaz naturel depuis quelques années, le pays des Pharaons produit 120 millions de mètres cubes par jour pour en consommer plus de 150 millions de mètres cubes par jour, soit 30 millions d’importation par jour, selon le ministre égyptien du Pétrole Tarek el-Molla.

En 2015, un gigantesque gisement gazier a été découvert par le géant italien de l’énergie ENI, sur le bloc de Zorh, dans la zone de Shorouk, à 200 kilomètres des côtes égyptiennes. Ce gisement de gaz offshore, estimée à 850 milliards de mètres cubes de gaz, dépassant celle du gisement israélien de Léviathan est une aubaine pour l’Egypte.

Elle permettra, une fois les opérations de développement terminées, de combler en grande partie son fossé énergétique et regagner son statut d’exportateur de GNL.

Un délai de paiement négocié face à la pénurie du dollar

C’est au niveau du paiement des fournisseurs de GNL que la tâche se complique et que les barrières commerciales se forment. Effectivement, face à la pénurie du dollar dans le pays, les délais de paiement du côté égyptien s’élargissent et les fournisseurs se font payer seulement plusieurs mois après réception de la livraison.

Afin de régler ce cas, une réunion entre des responsables égyptiens et les fournisseurs a permis d’élaborer un accord sur l’extension de paiement qui est fixée à une période de 120 à 180 jours.

Pour aller plus loin, cette vidéo sur Le Caire qui lance un appel d’offre international de GNL – Channels Television

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *