Bassita : la startup égyptienne qui a relevé avec brio le défi du clickfunding !
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BonsPlans #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #EGYPTE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 4 novembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 4 Novembre 2016 à 11:02

La startup égyptienne Bassita s’est lancée le défi d’améliorer des vies grâce à de simples clics sur internet. Le point sur une success story inspirante !

Le financement participatif en ligne, plus communément appelé « crowdfunding » prend un léger coup de vieux avec l’émergence d’une tendance made in Egypt ! La jeune pousse égyptienne Bassita fait le bonheur des aficionados du financement participatif avec un concept à forte dimension sociale. Décryptage…

Bassita : une startup à vocation sociale

Une jeune startup du nom de Bassita (qui veut dire simple en langue arabe) a créé un concept qui permet à tout internaute de contribuer à un projet ou à une cause par le biais d’un simple clic.

En se positionnant comme un facilitateur de financement des projets sociaux, le plus souvent à l’échelle locale, la startup joue l’intermédiaire entre l’entreprise et les utilisateurs des réseaux sociaux qui souhaitent apporter leur aide à une cause précise.

Le principe est le suivant : une entreprise finance un projet en fonction de sa visibilité auprès des internautes. En d’autres termes, l’entreprise finance en échange d’une médiatisation.

Financer de nobles causes en un clic

Bassita a déjà permis de financer de nombreuses causes en Egypte. Il y a moins d’une année, la jeune pousse a mené à bien une campagne qui a permis à une trentaine d’enfants issus d’un milieu défavorisé du Caire et qui n’avaient jamais vu la mer de passer une journée à la mer Rouge grâce à l’aide financière d’une école privée.

L’autre fait d’arme de Bassita reste la distribution de 1 000 paires de lunettes de vue aux brodeuses du village de Khalta. « Tout est bien calculé : dix visionnages sur la vidéo (un visionnage équivaut à un point) signifient une paire de lunettes offerte. Et pour faire gagner plus de points à la cause, l’internaute peut partager ou tweeter la vidéo : la cause obtient alors 50 points d’un coup. S’il laisse un commentaire, ce sont 100 points qui sont gagnés », explique Alban de Ménonville, directeur général et cofondateur de Bassita.

Dans un monde où près de 3 milliards de personnes utilisent les réseaux sociaux, le « clickfunding apparait comme un moyen intéressant et original de financer des projets sociaux dans une approche pragmatique qui rapporte également à l’entreprise qui finance. Smart !

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *