Issad Rebrab s’inquiète de la situation économique en Algérie
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #ALGERIE
Karl Demyttenaere
mardi 22 novembre 2016 Dernière mise à jour le Mardi 22 Novembre 2016 à 11:04

Le PDG du groupe Cevital, 1er groupe privé d’Algérie comptant près de 18 000 collaborateurs, a révélé sa vision de l’économie du pays. Son analyse sur la situation est sans complaisance…

4 milliards de dollars de chiffres d’affaires, 18 000 salariés, deuxième exportateur et le deuxième contributeur en fiscalité d’Algérie après Sonatrach, le groupe Cevital est un géant de l’économie algérienne. L’avis de son PDG Issad Rebrab sur cette dernière compte.

Dans un entretien accordé à nos confrères de Jeune Afrique, Issad Rebrab déplore l’absence de décisions au sommet de l’État algérien. « Ce ne sont pas les idées qui manquent mais l’absence de décisions. Il nous faut des hommes qui prennent des décisions très, très rapidement » selon lui.

L’Algérie dans une situation “inquiètante

Le dirigeant de Cevital rajoute que “la crise est telle que les autorités sont obligées de réduire les dépenses de fonctionnement et d’équipements”, note l’industriel algérien, précisant que des entreprises qui travaillent avec l’Etat ont du mal à se faire payer. Fort de ce constat, Issad Rebrab n’hésite pas à qualifier la situation économique de l’Algérie d’inquiétante.

Sans langue de bois, il estime qu’il est « suicidaire » qu’un pays s’appuie sur un seul produit pour son économie, dans le cas de l’Algérie le pétrole et le gaz. Pour le PDG de Cevital, il est d’autant plus urgent de diversifier l’économie du pays qu’en 2030 la population algérienne sera de 50 millions d’habitants.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *