Le Caire : ville de tous les possibles pour les jeunes novateurs
#ASavoir #Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #Entreprises #EGYPTE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 25 novembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 25 Novembre 2016 à 10:35

Un emplacement géographique stratégique, une population estimée à 90 millions de personnes dont la moitié sont des jeunes de moins de 30 ans, un engouement avéré pour les nouvelles technologies, un taux de pénétration d’Internet de plus 40% (en croissance exponentielle) et un commerce électronique en plein développement… En dépit de contretemps politiques et d’une conjoncture économique difficile, l’Egypte est peu à peu devenue l’un des centres d’affaires les plus dynamiques au monde. Au Caire, les jeunes porteurs d’idées semblent de plus en plus enclins à concrétiser leurs projets. Eclairage.

Les atouts du Caire

Les opportunités de pénétrer les marchés locaux se font nombreuses, et les débouchés sont exacerbés par l’omniprésence de l’e-commerce qui devrait encore croître de 35% sur les deux prochaines années.

Si les ralentissements bureaucratiques et les lenteurs administratives ne sont pas encore tout à fait de l’histoire ancienne, le taux de pénétration du mobile au Caire et plus généralement dans le pays (103 millions, soit plus que la population) ainsi que le marché de consommation agissent en puissant catalyseurs de la création d’entreprise au Caire.

Depuis la révolution du 25 janvier 2011, la nouvelle génération des startups a montré un certain engouement pour les questions environnementales et la lutte contre les disparités sociales.

A titre d’exemple, la startup Bassita lance des campagnes sur les réseaux sociaux pour financer des micro-projets de développement, que les internautes sont appelés à “tweeter”, “liker” et partager. Des sponsors financent le projet lorsqu’un certain nombre de clics est atteint. Ce modèle de startups socialement responsables devrait se démocratiser au Caire dans un avenir proche.

Bureaucratie et manque de financement : des entraves à l’innovation

L’Égypte manque cruellement d’organismes capables de fournir aux jeunes porteurs d’idées innovantes un financement et un accompagnement efficace pour l’aboutissement de leur projet. A cela s’ajoutent la bureaucratie qui sévit à tous les niveaux de l’Etat et une corruption endémique qui persiste malgré les efforts du gouvernement.

Les jeunes doivent le plus souvent s’armer de patience pour décrocher les différentes autorisations nécessaires à la concrétisation de leur projet. Selon Virgin.com, le coût moyen de la création d’une entreprise reste assez élevé en Egypte (1 500 $).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *