Pourquoi l’OPEP s’accorde sur une réduction de la production de l'or noir ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe
Karl Demyttenaere
jeudi 1 décembre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 1 Décembre 2016 à 11:28

Réunis à Vienne, les 14 membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont parvenus à s’accorder sur une réduction de leur production d’or noir. Un accord pour beaucoup inattendus aux nombreux impacts, économiques mais aussi géopolitiques.

L’annonce est tombée le 30 novembre. Les 14 pays membres de l’OPEP (l’Organisation des pays exportateurs de pétrole) se sont accordés pour réduire leur production d’or noir. L’objectif est de faire remonter des cours déprimés et instables depuis plus de deux ans et demi.

Un changement important qui met fin à la politique des vannes ouvertes imposé par l’Arabie Saoudite (premier producteur de pétrole au monde) depuis novembre 2014.

Ryiad a changé son fusil d’épaule, en s’accorder même avec son rival régional : l’Iran, pour faire remonter les prix du baril. Et pour cause, depuis près de 5 ans, le marché est confronté à l’afflux du pétrole de schiste (shale oil) américain qui secoue ses équilibres

Retour vers le futur

Cette politique n’est cependant pas nouvelle puisqu’elle avait déjà été mise en place en décembre 2008, alors que le baril était tombé en quatre mois de 147 dollars (138,5 euros) à 35 dollars. 

Concrètement, dès le 1er janvier prochain, l’OPEP va réduire sa production quotidienne de 1,2 million de barils pour la ramener autour de 32,5 millions. Cet accord sera valable six mois et reconductible. A noter que deux pays vont être exemptés de se plier à cette nouvelle exigence : la Libye et le Nigeria.

Cet accord est aussi un succès pour la diplomatie algérienne puisqu’il intervient après deux mois d’intenses discussions et de navettes diplomatiques entre Téhéran, Alger, Bagdad, Riyad et Moscou conduites par l’Algérie.

Et pour cause, ce consensus de Vienne est le prolongement de l’l’accord de principe scellé fin septembre à Alger, entre les ministres de l’Opep se fixant pour objectif de ramener la production entre 32,5 et 33 millions de barils par jour. 

Certains observateurs annonçaient la mort prochaine de l’Opep, l’organisation semble vouloir leur donner tort avec cet accord obtenu à l’arraché. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *