#ASavoir #Actualite #Agenda #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #PhotosEtVideos #ALGERIE #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
lundi 5 décembre 2016 Dernière mise à jour le Lundi 5 Décembre 2016 à 11:29

Le Forum Africain d’investissement et d’affaires se déroule parfaitement à Alger depuis maintenant 3 jours et compte bien trouver des solutions concrètes à l’élaboration d’un plan d’action pour l’intensification de la coopération économique intra-africaine

Le Forum Africain d’investissement et d’affaires s’est tenu du 3 au 5 décembre au centre international de conférences à Alger.

Forum d’investissement africain à Alger

Ce Forum est dédié au développement des affaires et des investissements dans le continent noir. Son principal rôle est d’élaborer un plan d’action pour l’intensification de la coopération économique intra-africaine et de redonner à l’Afrique un nouveau souffle à travers la rencontre de plus de 2 000 chefs d’entreprises originaires de 53 pays, plus de 150 décideurs et 200 exposants. La responsabilité de ces derniers est d’explorer les pistes de Co développement africains.

L’évènement s’est articulé autour de plénières thématiques, d’ateliers et séances d’échanges d’expériences entre entrepreneurs, hommes d’affaires et opérateurs africains sur des sujets tels que l’énergie, l’entreprenariat, l’infrastructure et la sécurité alimentaire.

Les partenaires officiels de cette rencontre sont le groupe de la Banque africaine de développement, la banque islamique de développement et la banque arabe pour le développement économique en Afrique. Parmi les principaux intervenants au micro, le ministre mauritanien de l’hydraulique et de l’assainissement, Mohamed Abdallahi Ould Oudaa, le Président directeur général sud-africain d’Africa Business Group, Sudarkasa Michael, le Vice-président de la Banque mondiale, Walliser Jan, le ministre algérien du commerce, Bakhti Belaib ou encore le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal.

Dans le but d’atteindre la stabilité économique et d’éviter un ralentissement économique continu dans le continent, la Fondation Africaine de renforcement des capacités en Afrique (ACBF), présente à l’évènement, estime que le moment est venu pour commencer à « réfléchir sérieusement à des politiques qui peuvent conforter leurs économies et les amener à une voie plus durable ».

L’ACBF ajoute que la principale mission du Forum est de « stimuler le commerce et les partenariats intra-africains, en offrant une plate-forme aux partenaires commerciaux dans le but d’échanger et d’examiner les opportunités économiques présentes sur le continent ».

Des co-localisations pour le développement économique

Au cours de ce Forum, le pays hôte a relevé l’importance du développement des investissements sur plusieurs sites « colocalisations » afin de renforcer les capacités humaines et institutionnelles pour la bonne gouvernance et de développer l’économique africaine.

Le Fonds de Régulation des Recettes (FFR), un fonds souverain algérien dont le but est de gérer les excédents budgétaires liés aux exportations d’hydrocarbures atteignait 47 milliards d’euros en 2012. Il est à présent quasiment vide. Ajouté à cela le chômage atteignant les 30% et une réduction des exportations pétrolières à hauteur de 29%, l’Algérie se voit contrainte de diversifier la provenance de ses revenus principaux.

Cependant, l’augmentation croissance du secteur privatisé de l’agroalimentaire, l’endettement extérieur faible et les promesses gouvernementales dans le domaine du numérique laissent un sentiment d’optimisme au président des relations internationales du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Mehdi Bendimerad.

Un libre-échange entre voisin

Les 29 et 30 Novembre derniers, l’Algérie avait réitéré son soutien envers la Tunisie au cours de l’ouverture des travaux de la Conférence internationale sur l’investissement « Tunisia 2020 » à Tunis. De plus, la création d’une zone de libre-échange entre l’Algérie et la Tunisie par le biais de l’accord commercial préférentiel « 2020 » conclu entre les deux pays a été confirmé.

Pour aller plus, découvrez notre interview de Bernard Duboe, ancien directeur de la Société Générale en Algérie :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *