#ASavoir #Actualite #Agenda #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Institutions #PhotosEtVideos #ALGERIE #MAROC
Deborah Berthier
mardi 6 décembre 2016 Dernière mise à jour le Mardi 6 Décembre 2016 à 12:02

Le salon Pollutec vient de s’achever en France. L’occasion de faire un point sur le salon des équipements, des technologies et des services de l’environnement, qui a fait des émules en Algérie et au Maroc. Interview de Sylvie Four, directrice du pôle Salons industriels de REED Expositions France, l’organisateur de Pollutec.

Ecomnews Med: Après Pollutec France, pourquoi avoir créé Pollutec Algérie et Maroc ?

Sylvie Four : Avec Pollutec France, nous avons développé des réelles compétences dans le domaine de l’environnement. Nous étions donc tout à fait à même de créer d’autres salons sur le même modèle.

Ensuite, l’Algérie et le Maroc ont tous deux été pays à l’honneur au salon Pollutec France. En 2003 pour l’Algérie et en 2004 pour le Maroc. D’importantes délégations se sont donc déplacées et nous avons pu constater, à cette occasion, les dynamiques présentes dans ces pays, et surtout la volonté des gouvernements d’agir en faveur de l’environnement et de développer ces marchés. 

Les problématiques environnementales étaient-elles similaires dans les deux pays ?

Pas tout à fait. En 2003, l’Algérie pouvait se targuer d’une bonne situation économique, mais avait des besoins importants dans le domaine de l’eau. Le salon s’est donc d’abord concentré sur ce secteur, de façon à proposer des solutions adaptées à cette problématique. Le rendez-vous s’est progressivement étendu à tous les secteurs de l’environnement. En 2015, le ministère de l’Environnement et celui des Ressources en Eau ont fusionné, ce qui a accéléré cette démarche.

Le Maroc a également bénéficié d’une importante impulsion de la part du gouvernement. Le Roi Mohammed VI et sa sœur, la Princesse Lalla Hasna, sont réellement engagés dans la protection de l’environnement. L’adoption du Plan Vert, en 2010, a permis de développer le secteur. 

Quel impact a eu la Cop22 sur le secteur au Maroc?

Il est difficile de répondre à cette question. Je ne suis pas retournée au Maroc depuis et ne peux pas m’exprimer au nom des acteurs marocains. Cependant, il me semble que cet événement n’a pu être que bénéfique pour le pays.

Il a fait venir des acteurs du monde entier au Maroc, pour débattre des solutions environnementales. La Cop 22 a aussi favorisé une réelle prise de conscience sur les questions environnementales au Maroc. Et cette prise de consciences est nécessaire, tant de la part de la société civile que des acteurs économiques, qui contribuent beaucoup à la pollution du pays, à travers le rejet d’effluents dangereux pour l’environnement.

Quels sont aujourd’hui les secteurs porteurs en Algérie et au Maroc ?

Aujourd’hui, l’Algérie, comme le Maroc, n’ont plus réellement de besoins immédiat en termes de réseaux en eau potable et sanitaire. Il reste encore des problèmes dans certaines régions, mais ils sont désormais plus marginaux. Par contre, les deux pays ont de gros besoins dans le secteur de déchets. Ces derniers sont aujourd’hui collectés mais ne sont pas suffisamment valorisés.

C’est un marché porteur, en particulier au Maroc. Un marché, qui a besoin d’être structuré, car une importante partie de la chaîne de valeur passe par des canaux « non-officiels ». Le « non-officiel » est d’ailleurs parfois plus efficace. Mais des actions se mettent progressivement en place dans le secteur.

Il y a également beaucoup à faire pour la qualité de l’air. Il suffit de se rendre à Casablanca pour s’en rendre réellement compte. Des solutions doivent donc être développées dans les années à venir sur ce secteur.

A quand les prochains salons ?

Pollutec Alger se tiendra du 13 au 16 février prochain. Pour la 9ème édition de Pollutec Maroc, il faudra attendra octobre 2017. Ces salons prennent de l’ampleur à chaque édition. Le nombre de visiteurs a augmenté de 50 % entre 2013 et 2016 à Pollutec Algérie. Et de plus en plus, ces salons constituent également une occasion de rassembler des acteurs du continent africain et pas seulement de ces deux pays.

Pour en savoir plus sur l’économie du Maroc, découvrez notre vidéo avec les chiffres clés à connaître :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *