Economie libanaise : les prévisions du Business Monitor International pour l’année 2017
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Ecomnews Med Redaction
vendredi 9 décembre 2016 Dernière mise à jour le Vendredi 9 Décembre 2016 à 11:25

Le Business Monitor International a publié ses prévisions pour l’économie libanaise en 2017. Le point avec Ecomnews Med.

Les années se suivent et se ressemblent pour l’économie libanaise. Dans son dernier rapport, le Business Monitor International (BMI) table sur une modeste croissance du PIB réel pour l’année 2017 (2,2%), malgré les signes positifs donnés par la fin de la vacance présidentielle. Explications…

La consommation privée : le fer de lance de l’économie libanaise

« En dépit de l’élection d’un nouveau président après deux ans et demi de vacance, nous pensons que davantage de progrès est nécessaire sur le plan politique pour traiter les faiblesses structurelles de l’économie et relancer durablement les investissements », conclut le Business Monitor International dans son dernier rapport sur l’économie libanaise.

Il faut dire que le Pays du Cèdre est miné par des crises constitutionnelles à répétition, mais aussi et surtout par un contexte régional explosif avec l’afflux sans précédent des réfugiés syriens et les escarmouches intempestives à ses frontières.

S’appuyant sur les prévisions de la Banque du Liban (BDL), le BMI prévoit toutefois une croissance de la consommation privée qui devrait concourir à hauteur de 3,4% à la croissance globale de l’économie, grâce notamment à la baisse chronique des prix du pétrole, aux prêts subventionnés par l’Etat pour encourager la consommation des ménages mais aussi… au nouveau marché que représentent les réfugiés syriens !

Sortir de l’impasse structurelle pour engager des réformes sur le long terme

La légère reprise du secteur touristique fait également partie des quelques éclaircies de l’économie libanaise. Toujours minées par les conflits en Syrie et en Irak, les arrivées devraient croître en 2017 grâce aux visites des expatriés qui continueront par ailleurs à transférer des fonds, ce qui « soutiendra l’emploi et augmentera les dépenses en consommation », explique le BMI.

Pour ce qui est des investissements, le rapport pointe du doigt « le manque de compétitivité de l’économie libanaise qui continuera de dissuader les investisseurs ». Un constat par ailleurs partagé par l’indice Blom PMI qui considère toutefois que la fin de la crise présidentielle est une « aubaine pour le climat des affaires ».

Pour le BMI, le Liban ne pourra se défaire de son impasse structurelle que lorsqu’il s’engagera dans la voie de la stabilité politique afin de donner les pleins pouvoirs au gouvernement pour déployer des stratégies sur le long terme, avant d’estimer que « ce scénario demeure peu probable ».

Pour en savoir plus sur l’économie libanaise, découvrez notre vidéo exclusive avec les chiffres clés :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *