#ASavoir #Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #PhotosEtVideos #VieDesEntreprises #EGYPTE
Selim Ben Taziri Rosa
lundi 12 décembre 2016 Dernière mise à jour le Lundi 12 Décembre 2016 à 08:35

20 ans après sa dernière rénovation, l’aéroport international de Beyrouth fera finalement l’objet d’un important investissement pour sa modernisation et rénovation.

L’Etat libanais devrait investir environ 70 millions de dollars (66.3 millions d’euros) pour la modernisation et l’élaboration de travaux d’expansion de l’Aéroport international de Beyrouth (AIB) après plus de 20 ans de service.

C’est en tout cas ce qu’a déclaré Mohammad el-Hout, président directeur général (PDG) de la compagnie aérienne nationale Middle East Airlines (MEA) dans une interview accordée à l’Agence Nationale d’information le 6 Décembre.

L’aéroport de Beyrouth rénové

Affirmant que l’aéroport génère environ 200 millions de dollars (190 millions d’euros) de bénéfices par an, il estime par ailleurs que le renforcement de certains équipements de sécurité au sein de l’Aéroport est une priorité et salue la décision du Conseil des ministres pour cette initiative.

La gestion de l’aéroport est assurée par la direction générale de l’aviation civile rattachée au ministère des travaux publics et des transports. Régulièrement critiquée et remise en question par la classe politique libanaise, le PDG a appelé le gouvernement à la création d’une autorité de l’Aviation civile. « Nous faisons actuellement face à un vrai problème (…) que l’État doit résoudre » a-t-il souligné.

Des performances mitigées pour l’année en cours

Les performances de la MEA ont connu une hausse concernant le nombre de passagers en 2016. Le PDG affirme que même si l’année n’est pas terminée, la compagnie a d’ores et déjà réalisé des bénéfices.

Cependant, ce dernier dénonce la baisse des recettes de la compagnie à hauteur de 70 millions de dollars suite à 25 000 réservations en classe affaires de moins que l’année précédente. De plus, Mr. Hout a signalé que l’Etat devait à la compagnie aérienne plus de 70 millions de dollars pour l’entretien de l’aéroport et son bon fonctionnement.

Au niveau des projets lancés et prévus, le PDG nous a dévoilé qu’il prévoit de renforcer la flotte de la compagnie nationale à plus de 24 appareils contre seulement 20 actuellement. De plus, la compagnie a inauguré en mars dernier, un projet pour un second simulateur de vol de 75 millions de dollars (71 millions d’euros) pour équiper le centre de formation des pilotes.

Immersion au coeur de l’aéroport international de Beyrouth :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *