Un nouveau départ pour les relations Israël-Turquie ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #ISRAEL
Karl Demyttenaere
jeudi 15 décembre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 15 Décembre 2016 à 14:07

C’est la fin de 6 ans de gel diplomatique : l’Ambassadeur de la Turquie d’Israël a remis ses lettres de créances au président israélien Reuven Rivlin. Ce qu’il faut savoir sur les relations entre les deux pays actuellement.

Un « nouveau début » des relations bilatérales comme l’a affirmé le nouvel Ambassadeur de Turquie en Israël Mekin Mustafa Kemal Okem. En effet, le diplomate a remis a remis ses lettres de créances au président Reuven Rivlin à Jérusalem, et a officiellement intégré le poste d’Ambassadeur de la Turquie en Israël le 11 décembre. Ce dernier poste était vacant depuis près de cinq années.

Mekin Mustafa Kemal Okem a qualifié l’Etat Hébreu de « partenaire et ami » d’Ankara. Il a ajouté : « Notre région propose plus que sa part de défis, mais aussi de grandes opportunités. Comme auparavant, la Turquie et Israël travailleront ensemble pour s’assurer que ces opportunités sont pleinement utilisées, et que les défis trouvent une réponse. »

A noter que selon plusieurs observateurs Okem serait un confident proche d’Erdogan, déclarant même qu’il prendrait ses ordres directement de lui, et du Premier ministre turc Binali Yıldırım. 

Sujets de discordes et opportunités 

Malgré ce retour aux relations bilatérales normales, la Turquie et Israël ont encore certains sujets de discordes. En effet, Ankara entretient des relations étroites avec le Hamas, groupe considéré comme terroriste par Israël et tenant le pouvoir dans la bande de Gaza.

Le nouvel Ambassadeur en Israël a exprimé l’espoir de la Turquie que « la coopération israélo-turque permettra d’œuvrer pour le bien d’autres nations, particulièrement pour l’Autorité palestinienne. »

Au niveau économique, avec ses 80 millions d’habitants, la Turquie représente un marché très important pour l’Etat Hébreu. En particulier Israël vise à exporter son gaz naturel dans ce pays mais cela nécessitera un gazoduc de plus de 500 kilomètres, impliquant des investissements considérables et des années de travaux. 

Au niveau régional, la Turquie et Israël sont deux alliés des Etats-Unis. Ils partagent également une certaine hostilité vis-à-vis des ambitions iraniennes au Moyen-Orient, perçues comme hégémoniques.

Vous voulez en savoir plus sur l’action diplomatie d’Israël ? Découvrez notre interview exclusive d’Aliza Bin Noun, Ambassadeur d’Israël en France :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *