Changement de Président à la Maison-Blanche, quel impact pour le Liban ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #LIBAN
Karl Demyttenaere
mercredi 21 décembre 2016 Dernière mise à jour le Mercredi 21 Décembre 2016 à 14:47

Avec l’arrivée de Donald Trump à la tête de l’exécutif américain, les Etats-Unis pourraient faire évoluer leur politique étrangère et économique, changement qui ne serait pas sans conséquence sur le Liban.

Le Liban s’est doté il y a quelques semaines d’un président, les Etats-Unis ont fait de même le 5 novembre dernier. La prise de fonction de Donald Trump est prévue pour le 20 janvier mais elle annonce déjà des changements dans les équilibres du Proche-Orient.

Les risques du protectionnisme 

Le candidat républicain n’a pas caché sa volonté de mettre en place une politique davantage protectionniste que son prédécesseur. D’après un rapport de l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P), le Liban est le 40e pays le plus vulnérable parmi 81 économies émergentes face à de potentielles mesures protectionnistes américaines. A noter également qu’il est le 5e pays le plus vulnérable parmi les 9 pays de la zone Mena inclus dans l’étude.

Toujours selon la même source, une éventuelle mise en place des restrictions annoncées par le président américain élu Donald Trump en matière de commerce extérieur et d’immigration devrait affecter les économies émergentes à des degrés divers.

Pour son analyse, S&P s’appuie sur deux éléments concernant chaque pays examiné : la part de son exportations vers le marché américain dans son PIB, et celle des remises de leurs expatriés depuis les États-Unis dans leurs balances courantes respectives.

D’après S&P, les exportations libanaises vers les États-Unis ne représentent que 0,1 % de son PIB, contre un ratio moyen de 4,2% pour les économies émergentes, et 3,1% pour les pays de la zone Mena, impliquant donc un risque limité.

Cependant, S&P a estimé que les remises des expatriés libanais en provenance des États-Unis représentent 3,7 % de sa balance courante, contre un ratio moyen de 2,9 % pour les économies émergentes et 0,8 % pour les pays de la zone Mena.

Une simplification de la vie politique libanaise ?

Au niveau politique, la volonté de Trump de se rapprocher de la Russie pourrait permettre au Liban de sortir d’une bipolarisation entre l’Iran, proche de Moscou, et l’Arabie Saoudite, partenaire des Etats-Unis. Cependant, le nouveau Président des Etats-Unis n’a pas caché son hostilité vis-à-vis de Téhéran, affaire à suivre !

Pour mieux comprendre l’économie du Liban, découvrez notre vidéo consacrée aux chiffres clés de ce pays :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *