#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #Institutions #PhotosEtVideos #ALGERIE
Selim Ben Taziri Rosa
jeudi 29 décembre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 29 Décembre 2016 à 12:07

Suite au gel gouvernemental de plusieurs milliers de projets algériens, la Caisse nationale d’équipement pour le développement (CNED) a jugé 4 projets d’un montant de 3.87 milliards d’euros potentiellement éligibles au partenariat public-privé.

Quatre projets d’investissements publics dédiés au développement de la ville de Bejaia, en Algérie sont finalement jugés « potentiellement éligibles » au partenariat public-privé (PPP) par le directeur général de la Caisse nationale d’équipement pour le développement (CNED), Amar Grine.

4 projets potentiellement éligibles au PPP

Ces quatre projets ont été identifiés comme disposant du meilleur potentiel de réalisation en PPP par le rapport d’évaluation préliminaire, parmi les 11 projets d’infrastructures publiques proposés.

Le coût de ces projets est estimé à 452.5 milliards de dinars algériens (3.87 milliards d’euros). Il s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec des experts de la Banque Africaine de développement.

Il s’agit de la réalisation de la quatrième rocade autoroutière à Alger pour un montant de 335 milliards de dinars (2.87 milliards d’euros), de la ligne de 7 kilomètres du Tramway de Bejaia pour 30.5 milliards de dinars (260 millions d’euros) et du centre hospitalier d’une capacité de 500 patients à Constantine pour 84 milliards de dinars (720 millions d’euros).

Le quatrième et dernier projet, porte sur la réalisation d’une station d’épuration des eaux usées à Boumerdes pour un montant de 3 milliards de dinars.

A noter que les projets proposés ont fait l’objet d’un gel gouvernemental suite à la chute pétrolière en 2015. Par ailleurs, le ministère de l’industrie et des mines dirigera un groupe de travail interministériel sur le PPP qui présentera une première mouture d’un projet de loi dédié au mode de financement des investissements dans un contexte d’austérité.

Pour en savoir plus sur l’économie algérienne, découvrez notre interview de Bernard Duboé, ancien Directeur de la Société Générale en Algérie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *