L'Egypte met en place une nouvelle loi sur les médias
#Actualite #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #EnDirectDe #Institutions #Politique #EGYPTE
Karl Demyttenaere
jeudi 29 décembre 2016 Dernière mise à jour le Jeudi 29 Décembre 2016 à 12:21

Le président égyptien Fattah al-Sissi a ratifié une nouvelle loi sur les médias, prévoyant, parmi d’autres mesures la création de ce Conseil suprême pour l’administration des médias. Certains observateurs y voient la volonté du pouvoir de contrôler davantage la presse.

Une loi concernant les médias en Egypte a été ratifiée le 26 décembre par le président Fattah al-Sissi. Cette nouvelle législation prévoit la mise en place d’un Conseil suprême pour l’administration des médias.

Ce nouvel organe est chargé de poursuivre les organisations de médias ne respectent pas les règlements, d’imposer des amendes aux organismes de presse qui enfreignent les conditions de licence ainsi que de révoquer et ou suspendre le droit de publication ou de diffusion.

Selon le Journal officiel, ce conseil a également pour mission de garantir une concurrence loyale entre les groupes de médias mais aussi leur leur indépendance et leur neutralité, le respect de l’éthique journalistique et tout en s’assurant qu’ils ne compromettent pas la sécurité nationale.

A noter que cet organe aura pour président et membres des personnalités désignés par le chef de l’Etat al-Sissi.

Un contrôle accru sur les médias ? 

Le patron du syndicat égyptien de la presse, Yehia Qalash, a déclaré dans une intervention relayée par les journaux locaux : « la loi autorise le pouvoir exécutif à prendre le contrôle des médias ». 

L’objectif affiché du nouveau texte de loi est de mieux organiser paysage médiatique égyptien, jugé peu régulé avec des émissions en quête permanente de spectaculaire avec des programmes diffamants.

Cette nouvelle loi survient dans un contexte de vives préoccupations pour la liberté de la presse en Egypte. Certains observateurs la dénonçant comme une nouvelle main mise de l’executif sur les médias. En 2015, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) avait placé l’Egypte comme le deuxième pays emprisonnant le plus de journalistes au monde, après la Chine.

Pour en savoir plus sur l’Egypte et son économie, découvrez notre vidéo :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *