#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #PhotosEtVideos #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
mardi 3 janvier 2017 Dernière mise à jour le Mardi 3 Janvier 2017 à 11:01

Depuis l’année 2010, le secteur immobilier tunisien est en difficulté à cause d’un manque de main d’œuvre et de matières premières. Les prix flambent et les promoteurs se tournent vers le haut standing.

 

La situation du secteur immobilier tunisien se révèle être mauvaise depuis l’année 2010. C’est ce qu’a relevé une étude approfondie de l’association Alumini Carthage, au cours d’une table ronde organisée au mois de novembre à Tunis.

Un manque à gagner ?

L’étude indique qu’entre 1990 jusqu’en 2010, les promoteurs immobiliers tunisiens construisaient près de 14 500 foyers par an contre seulement 4 000 après 2010. Cette chute vertigineuse s’explique par la hausse du prix du mètre carré qui a été multiplié par vingt en seulement sept ans.

De plus, la Tunisie a basculé dans une absence sévère de main d’œuvre qualifiée et de matières premières imposant le recrutement de bâtisseurs étrangers pour des coûts très élevés et à l’importation de matières premières de l’étranger. Tout cela en plein milieu de la dépréciation du dinar tunisien et de l’augmentation des charges estimées à 20% et 30%.

Le haut standing: une solution à court terme

Face à ces obstacles lourds pour le secteur de l’immobilier, les promoteurs se voient contraints de basculer leurs activités sur du haut standing. Cette transition vers des services plus onéreux est principalement due à la non rentabilité des logements sociaux, selon les dires de Fahmi Chaâbane, président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers.

Le président a salué le rôle de la Banque de l’Habitat pour son aide à l’acquisition de logements au citoyens tunisiens. En outre, il a dénoncé l’existence de plusieurs problèmes administratifs, notamment l’obtention de l’autorisation de bâtir dont les délais atteignent souvent une année.

Discours de Jamal Ksibi concernant le secteur immobilier tunisien et ses opportunités à moyen et long termes (en français-arabe) : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *