#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #PhotosEtVideos #VieDesEntreprises #EGYPTE
Selim Ben Taziri Rosa
mercredi 4 janvier 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 4 Janvier 2017 à 10:21

Suite à l’appel d’offres lancé par la compagnie nationale égyptienne EGAS, le ministre égyptien du pétrole signe un accord avec trois compagnies pétrolières étrangères.

Le ministre égyptien du pétrole, Tarek El Molla vient de signer avec les entreprises pétro-gazières Total, BP et Eni un accord d’exploration de pétrole et de gaz pour un investissement de 220 millions de dollars (210.3 millions d’euros).

Pas à pas vers l’autosuffisance énergétique

Cet accord intervient suite au colossal appel d’offre lancé le 23 Octobre dernier par la compagnie d’Etat égyptienne de gaz « EGAS ». Il permettra le forage de six puits situés en méditerranée et se fera sur la base de trois volets.

L’objectif est d’augmenter la production gazière du pays afin de basculer du statut d’importateur à celui d’exportateur d’énergie. Avec la mise en production de l’énorme champ gazier Zohr, au large des côtes égyptiennes ainsi que d’autre champs environnants, l’Egypte sera enfin autosuffisante dés l’année 2018.

Le premier volet portera sur un consortium formé par le britannique BP et la filiale locale italienne de l’Eni, « IEOC », pour la fouille du bloc Nord Ras El Esh, pour un montant de 75 millions de dollars (72 millions d’euros). Le second volet portera sur le bloc nord El Hammad pour 80 millions de dollars (76.5 millions d’euros) et le dernier concernera un consortium exécuté par BP dans le bloc nord Tabia pour 65 millions de dollars (62.1 millions d’euros).

Grâce à l’exploitation du puits d’exploration Zohr-6, l’Egypte pourrait faire passer sa production journalière de gaz de 127 millions de mètres cubes actuellement à 204 millions. A noter que le Zohr constitue la plus grande découverte gazière en Méditerranée.

Pour en savoir plus sur l’économie de l’Egypte, découvrez notre vidéo :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *