#ASavoir #Actualite #Economie #Entreprises #Institutions #PhotosEtVideos #TUNISIE
Selim Ben Taziri Rosa
vendredi 6 janvier 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 6 Janvier 2017 à 10:29

La première usine de recyclage de déchets électroniques et électriques a ouvert ses portes en fin 2016 dans la ville de Borj Chakir.

La directrice du projet de gestion de déchets des équipements électriques et électroniques, Amel Kinoubi Abbes vient d’annoncer qu’une unité de démontage de déchets électriques et électroniques est ouverte depuis le mois de Novembre dernier à Borj Chakir, en Tunisie.

La Tunisie installe la première décharge de déchets électroniques africaine

L’installation de la première unité de recyclage de déchets électroniques en Afrique, d’une capacité de 24 000 tonnes, entre dans le cadre du renforcement du système de la gestion des déchets instauré en 2009.  

Pour se faire, la Tunisie a obtenu un don s’élevant à 3.6 millions de dollars de l’Agence coréenne de coopération international (KOICA). De plus, la directrice indique que la Tunisie a contribué au financement de 2 millions de dinars supplémentaires (810 000 euros environ).

Concrètement, l’usine portera sur la transformation et le recyclage du plastique, fer, cuivre, aluminium ou encore des cartes électroniques. Cette dernière comprendra une ligne pour le recyclage des réfrigérateurs, une autre pour le recyclage des machines à laver et une dernière dédiée au recyclage des climatiseurs, aspirateurs, gazinières et ordinateurs.

En plus de cette nouvelle usine, dix nouveaux centres de transformation des déchets seront ouverts d’ici la fin de l’année 2017. Les deux plus grandes décharges seront créées au Nord de Tunis pour le recyclage des déchets des gouvernorats de l’Ariana, la Manouba, Ben Arous et Tunis.

Borj Chakir, un village abandonné par l’Etat tunisien ?

Le grand Tunis génère plus de 30% des déchets nationaux et souffre d’une abondance de déchets non recyclés sur toute la région, en particulier à Borj Chakir où l’unique dépotoir d’ordure des gouvernorats de Tunis, Manouba, Ariana et Ben Arous se trouve.

A seulement 507 mètres de l’unique école du village et à 135 mètres du village, les maladies infectieuses et les odeurs putrides font partie du quotidien des habitants de ce petit village à 8 kilomètres de Tunis.

Cette nouvelle usine de recyclage pourrait peut-être susciter l’intérêt de la communauté tunisienne pour trouver une solution juste au rétablissement de la propreté.

Pour aller plus loin, un reportage sur la gestion des déchets en Tunisie (en arabe)

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *