Nurami Medical, success-story israélienne dans les biotechnologies
#ASavoir #Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #ISRAEL
Karl Demyttenaere
vendredi 6 janvier 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 6 Janvier 2017 à 08:51

Fondée en avril 2014, cette start-up a développé un produit révolutionnaire pour la neurochirurgie. Nurami Medical vient d’obtenir 650 000 dollars de financement de la part de la Fondation Alfred Mann et d’investisseurs privés.

Comme souvent, l’aventure a commencé par une rencontre. Celle de la start-up Narumi Medical a commencé avec Amir Bahar, diplômé de l’Institut des Sciences de Weizmann et vétéran du Centre médical du mont Sinaï à New-York et du Technion et Nora Nseir, ingénieure en biomédecine issue de ce même Technion. Ils se sont rencontrés dans cette institution particulièrement réputée en Israël.

Ils ont fondé ensemble en avril 2015 Nurami Medical, obtenant une subvention 3 millions de shekels (750 000 euros environ) de la part du Bureau israélien du Chef Scientifique et de Next Generation Technology, incubateur d’entreprises spécialisé dans les secteurs technologique et médical à Nazareth.

Voici six mois, Nurami est arrivé au bout de sa période de 2 ans au sein de l’incubateur à Next Generation technology pour devenir indépendant.

Cette success-story, Nurami Medical la doit au produit qu’elle développe : ArtiFascia, patch en nano-fibre biodégradable utilisable en neurochirurgie

Ces patchs, véritables bijoux de technologie, imitent la dure-mère, une membrane de protection située sous le crâne qui protège le cerveau et la moelle épinière. Ainsi, ils peuvent être utilisés pour protéger les tissus endommagés durant une neurochirurgie.

Nurami Medical a décroché dernièrement 620 000 euros de financement de la part de la Fondation Alfred Mann et d’investisseurs privés.

Pour en savoir plus sur le Technion, le MIT israélien, découvrez notre interview de Muriel Touaty, Muriel Touaty, Directrice générale de Technion France : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *