La Tunisie encore en mutation 6 ans après le départ de Ben Ali
#ASavoir #Actualite #Agenda #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #TUNISIE
Karl Demyttenaere
vendredi 13 janvier 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 13 Janvier 2017 à 10:18

Entre difficultés économiques et obstacles politiques, la Tunisie peine encore à terminer sa mutation. Six ans jour pour jour après le départ de Ben Ali, ou en le pays ?

Le 14 janvier 2011, le Président Ben Ali quittait la Tunisie pour gagner l’Arabie Saoudite, poussée par la révolte populaire. Six ans après son départ, le pays peine à basculer dans un nouveau modèle économique, politique et sociétal. 

En effet, le président de l’instance électorale (Isie) tunisienne a dénoncé les retards dans l’organisation des premières élections locales post-révolution. Résultats, à l’heure actuelle les municipalités sont gérées par des « délégations spéciales » chargées des affaires courantes mais sans changement profond dans des domaines importants : infrastructures, traitement des déchets, etc. 

Une économie peinant à redécoller

Cette absence d’action au niveau locale se double de difficultés économiques au niveau national. La croissance tunisienne a été de seulement 1,3% en 2016 et le chômage reste très important, en particulier chez les jeunes où il dépasse les 30%.

Les moteurs habituels de la croissance tunisienne semblent en panne. Les phosphates, pesant 15% des exportations et 4% du PIB, ont vu leur production passer de 8 millions de tonnes à 3,6 millions. Le tourisme, secteur représentant 7% du PIB, a lui connu une baisse de plus de 8% de ses recettes au cours des 9 premiers mois de 2016.

Par contre, le pays va pouvoir compter sur une agriculture particulièrement dynamique. En effet, grâce à une météo favorable, la production d’oranges va dépasser les 500 000 tonnes, une hausse considérable comparée aux 400 000 tonnes habituels du secteur. Ce dernier va devoir relever le défi de l’exportation pour écouler son surplus. 

Dans cette situation globalement difficile, les autorités veulent repositionner la Tunisie dans les secteurs des services, autrefois dynamiques mais aujourd’hui en très forte perte de vitesse. Cette stratégie sera-t-elle payante ? Affaire à suivre !

Pour en savoir plus sur la Tunisie, découvrez notre reportage sur la situation des investissements dans ce pays :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *