Le groupe algérien Faderco ne cache pas ses ambitions africaines
#ALGERIE
Karl Demyttenaere
mercredi 25 janvier 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 25 Janvier 2017 à 15:56

Fondée en 1986, le leader algérien de l’industrie papetière spécialisée dans le domaine de l’hygiène corporelle Faderco va poursuivre son développement en Afrique.

Est-ce qu’en 1986 la fondatrice de Faderco s’imaginait ce qu’allait devenir sa fabrique de cotons-tiges pour approvisionner sa pharmacie d’Alger ? Rien n’est moins sûr puisqu’aujourd’hui le groupe, repris par ses deux fils, compte 1 700 salariés pour un chiffre d’affaires de 115 millions d’euros.

Sous le pavillon du groupe on retrouve de nombreuses ses marques de couches, essuie-tout, tampons, papier hygiénique et autres mouchoirs (Bimbo, Dada, Viva, etc.). Toutes ces marques se sont emparées de 34% de part de marché en Algérie et la production de bobines mères de papier couvre 80 % de la demande nationale.

L’Algérie commence à devenir un peu trop petite pour le groupe qui a ouvert en décembre 2015 un deuxième site de transformation à Sétif et va en ouvrir prochainement un troisième.

Et pour cause, d’après la direction du groupe, les marchés africains vont connaître prochainement une dynamique comparable à celle qui avait permis à l’Algérie des années 2000 d’enregistrer une croissance de 20% sur ces produits (elle se situe autour de 8%).

Déjà, à l’heure actuelle, le groupe exporte ses produits finis dans six pays d’Afrique (Tunisie, Maroc, Mauritanie, Mali, Libye et Côte d’Ivoire).

Pour en savoir plus sur l’économie de l’Algérie, découvrez notre interview exclusive de Bernard Duboé, ancien directeur de la Société Générale Algérie :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *