Zoom sur la cité Foum El Oued, un modèle d’innovation durable au Maroc
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #MAROC
Karl Demyttenaere
lundi 30 janvier 2017 Dernière mise à jour le Lundi 30 Janvier 2017 à 12:06

L’Office chérifien des phosphates (OCP) va mettre en place un projet de technopole à Foum El Oued, sur la côte atlantique.

Au Maroc, l’Office chérifien des phosphates (OCP) va créer  la technopole Foum El Oued, qui sera un modèle d’innovation durable. Grâce à une enveloppe de 2 milliards de dirhams (environ 200 millions d’euros), la cité sera créée d’ici 2022

Elle comportera trois infrastructures qui respecteront les normes environnementales de dernière génération en vigueur. L’Université Mohammed VI Polytechnique de Laâyoune, le lycée d’excellence et le Centre de compétences industrielles seront tous trois des pôles d’activités. 

Le projet s’étendra sur une superficie de 126 hectares dont 50 dédiés à la lagune et aux fermes expérimentales. L’OCP lui même confie : « Ce projet d’envergure illustre l’engagement de l’Office dans le renforcement des capacités des territoires. Le futur technopole s’inscrit dans l’éco-durabilité et l’innovation ».

Une structure innovante

La cité ambitionne d’ériger un hub d’expérimentation environnementale entre l’océan et le désert. Cela témoigne de la volonté de réduire au maximum l’émission de carbone . « En parallèle à ce projet, le plan de développement urbain élaboré par la technopole Foum El Oued emprunte le chemin vers une transition énergique basée sur un mix énergétique renouvelable à faible carbone », affirme l’Office. 

Ces enjeux environnementaux sont cruciaux pour le Maroc. Lors de la grande réunion annuelle,du climat qui a eu lieu en novembre 2016, le Maroc a mis en avant son  « initiative pour l’Adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques » (« Initiative AAA »). Elle répond au besoin vitale des pays africains en terme d’écologie.

Le document de présentation du projet indique que : « Les deux tiers des terres arables africaines pourraient être perdus d’ici à 2025 à cause du changement climatique », « la baisse des rendements agricoles pourrait atteindre 20 % en 2025 », alors même que, sur le continent, la « population est appelée à doubler d’ici à 2050 ».

Pour en savoir plus sur les projets économiques du Maroc, découvrez notre interview exclusive du Ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *