Economie : les Tunisiens insatisfaits, le FMI confiant
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Karl Demyttenaere
mercredi 1 février 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 1 Février 2017 à 16:29

Les Tunisiens ne cachent pas leur mécontentement de l’état de l’économie de leur pays. Le FMI reste quant à lui confiant pour l’avenir de la Tunisie.

Les Tunisiens ne cachent pas leur frustration face au contexte économique mitigé et à la corruption qu’ils jugent rampante, selon une étude réalisée par Elka Consulting. De son côté, Christine Lagarde, patronne du FMI, reste optimiste. Eclairage…

Frustration et perception d’une corruption rampante

Un sondage d’opinion réalisé par Elka Consulting, entreprise tunisienne de recherche en marketing, a mis en exergue le sentiment d’insatisfaction qui persiste chez les Tunisiens. 85% des personnes interrogées pensent en effet que la situation économique est au moins mauvaise et 61% estiment que le gouvernement n’œuvre pas en faveur de la jeunesse.

Pire : 78% des sondés pensent que le niveau de corruption est encore plus élevé par rapport aux années pré-révolution. L’Institut Républicain International qui a commandé cette enquête souligne par ailleurs que la frustration des Tunisiens représente un déjà majeur pour le gouvernement qui devra se mettre au diapason et oser des réformes économiques et anti-corruption fortes.

Notons que l’enquête d’Elka Consulting a recueilli des réponses auprès d’un échantillon de 1 222 personnes âgées de 18 ans et plus.

Le FMI reste optimiste

En dépit de ce contexte morose, Christine Lagarde, directrice générale du Fonds Monétaire International, ne cache pas son optimisme quant à une relance économique forte en 2017 qui profiterait à la jeunesse tunisienne.

En marge de sa participation au Forum économique mondial de Davos, la patronne du FMI s’est entretenue avec Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien. Mme Largarde a en ce sens confié que « les perspectives de croissance se présentent mieux en 2017 », soulignant les signaux positifs émis par les secteurs clés de l’économie du pays.

« Le phosphate est l’exemple type du secteur où la production a été très conséquente au dernier trimestre 2016 et on peut espérer que le rythme sera maintenu », a-t-elle notamment déclaré. D’un autre côté, la DG du FMI reconnait que la tâche ne sera pas facile pour le gouvernement tunisien. « Il y a de gros efforts à faire face à des réformes difficiles, parce que c’est toujours difficile de réformer », a-t-elle confié.

Pour en savoir plus sur les investissements de l’étranger en Tunisie, découvrez notre vidéo :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *