Egypte : La Nile Establishment for International Trade compte exporter 60 000 tonnes d'oranges.
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Diane Janel
mercredi 15 février 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 15 Février 2017 à 15:08

En 2017, la Nile Establishment for International Trade a l’intention d’exporter 60 000 tonnes d’oranges à l’internationale.

Pour rappel, l’Egypte est actuellement l’un des principaux producteurs d’agrumes en Afrique. Selon le dernier rapport de l’Organisation des Nations Unies, ce pays a produit plus de quatre millions de tonnes d’agrumes pendant la saison 2013. L’Egypte produit aussi beaucoup de concentré de jus, avec l’avantage de puiser l’eau d’irrigation du Nil, d’où l’absence de  stress hydrique. D’ailleurs, ce pays est passé d’une production de 500.000 tonnes à 3 millions de tonnes en quelques décennies.

Intensifier les exporatations

En 2017, la compagnie égyptienne Nile Establishment for International Trade, à l’ambition d’expédier 60 000 tonnes d’oranges vers les marchés internationauxIl s’agit d’une belle amélioration , puisque ce volume connait une hausse de 46 % (19 000 tonnes) par rapport à l’année dernière.

Cela devrait permettre à l’entreprise d’engranger 27 millions $ de recettes d’exportation sur la base d’un prix moyen de la tonne d’orange fixé à 450 $. Selon Nader Shanab, responsable des exportations et de la logistique de la compagnie égyptienne, la récente mise en flottaison de la livre égyptienne est à l’origine de cet accroissement des exportations.

Diversifier les exportations

Les exportations qui avaient habituellement lieu en  Russie, au Pays-Bas, en Arabie Saoudite, au Soudan et dans les autres pays d’Afrique vont perdurer et s’intensifier grâce à cette décision de la Banque centrale d’Egypte. 

A côté de ses marchés, la compagnie envisage d’élargir son carnet d’adresses. Elle a notamment dans son viseur plusieurs pays du Sud et de l’Est de l’Asie comme la Malaisie, l’Indonésie, l’Inde, Singapour et le Bangladesh. Afin de s’inscrire dans une logique de diversification, plusieurs contrats ont d’ores et déjà été signés avec la Chine.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *