https://youtube.com/watch?v=s586stYoy4k%3Flist%3DPLf1MiEFJ9JZODayh30udPDoSQoTOfw9jW
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #Decideurs #Economie #Entreprises #PhotosEtVideos #Politique #EGYPTE
Diane Janel
jeudi 23 février 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 23 Février 2017 à 15:11

Le pétro-gazier britannique BP a acheté une participation de 10% sur le géant champ gazier du Zohr .

Le pétro-gazier britannique BP a acheté une participation de 10% sur le géant champ gazier Zohr. Situé dans la partie égyptienne de la Méditerranée, le Zohr est la plus importante découverte gazière jamais effectuée en Egypte.

Cette participation statégique va donc permettre à BP de s’implanter dans l’un des plus grands gisements gaziers mondiaux. L’accord devrait être entériné au second trimestre de 2017, sous réserve de l’approbation du gouvernement égyptien.

Un investissement avantageux

La participation de BP d’une valeur de 375 millions de dollars, lui assure le leadership méditéranéen de l’industrie du pétrole et du gaz. En effet, le champ Zohr situé dans la concession Shorouk constitue plus grande ressource gazière de la méditerranée. 

Les termes de l’accord réserve le droit à la compagnie britannique d’acheter une autre participation de 5% sur le périmètre avant la fin de 2017. BP remboursera également Eni pour la part de dépenses générés par les travaux d’exploration et de forage.

Les dépenses sont évaluées à plus de 150 millions de dollars. Bob Dudley, le CEO de BP, a déclaré dans un communiqué:  « Cette participation, qui représente un gros atout, viendra s’ajouter à nos actifs égyptiens ». Il a ajouté que l’Egypte est un territoire « attractif où il est possible d’accélérer le développement des découvertes, et de générer rapidement du cash dans un environnement où les prix du pétrole sont bas ».

L’Égypte est trop dépendante du gaz étranger

“Le Gouvernement prévoit d’augmenter la production de gaz de 50% à la fin de 2018″ a déclaré le ministre du pétrole, Tarek El-Molla. En effet, à la suite des bouleversements politiques, la diminution de la production et les pénuries d’électricité ont fait du Caire un importateur net de gaz. Plus de 108 cargaisons de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) seront importés cette année par l’Egypte.

Le pays a accumulé une dette de 3,6 milliards de dollars auprès des sociétés internationales d’énergie, dont Royal Dutch Shell Plc. C’est pourquoi, selon le ministre du pétrole, Tarek El-Molla “Le Gouvernement prévoit d’augmenter la production de gaz de 50% à la fin de 2018“, afin de réduire sa dependance vis à vis du gaz étranger.  

Vous aimerez aussi nos vidéos sur les chiffres clés du Caire et de l’Egypte

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *