Le pétro-gazier italien Eni veut investir en Afrique pour faciliter l'accès à l'électricité
#Actualite #BonsPlans #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE #EGYPTE #MAROC #TUNISIE
Diane Janel
lundi 13 mars 2017 Dernière mise à jour le Lundi 13 Mars 2017 à 14:26

Claudio Descalzi, PDG d’Eni, une société italienne privée d’hydrocarbure, travaille avec le gouvernement afin de faciliter l’accès à l’énergie électrique sur le continent africain.

L’administrateur délégué du groupe pétrolier italien ENI, Claudio Descalzi, est intervenu le 8 mars au Sénat, à Rome. Selon l’Agence d’information d’Afrique centrale (Adiac), il a défendu le projet du groupe énergétique qui souhaite faciliter l’accès à l’énergie électrique à travers le continent africain.

Le programme lancé par ENI repose notamment sur des coopérations entre les gouvernements et les sociétés d’Etat en charge de l’Energie des pays ciblés. Le responsable d’Eni a expliqué aux sénateurs: « Notre stratégie en Afrique est de permettre l’accès à l’énergie dans les pays où nous opérons. Nous développons une grande partie de notre gaz sur place, à travers la production d’électricité pour les populations et pour l’industrie

Acquérir une crédibilité

C’est également une démarche stratégique pour Eni car l’Afrique constitue une bonne partie de ses exportations en pétrole mais aussi en gaz. Mais selon M. Descalzi, cet investissement dans l’accès à l’électricité sur le continent n’est pas forcément destiné à faire du profit.

Il a affirmé que cela procurera moins de recettes à l’entreprise, mais « donnera plus de valeur à Eni pour demain, parce qu’il nous rend plus crédibles en contribuant au développement de ces pays ». Cependant M. Descalzi a relevé un paradoxe africain évident qui tend a ralentir le continent : celui-ci est « riche en énergie mais il ne l’utilise pas, au contraire de l’Europe qui n’a pas d’énergie mais en consomme à grande échelle quitte à la payer très chère ».

Renfocer la présence du groupe en Afrique

D’une façon générale, le groupe renforce sa présence en Afrique : il vient de céder 25% de ses parts Offshore sur le permis 4 au Mozambique. Sur quatre ans, les retombées attendues seront de 4 milliards.

L’entreprise a également signé, il y a quelques mois, un accord de coopération dans le domaine des énergies renouvelables avec la société d’Etat algérienne du pétrole, Sonatrach. ENI, pour rappel, est présent au Nigéria, Congo, Ghana, au Mozambique, en Angola, en Egypte, en Libye ou encore en Algérie pour ne citer que les pays exportateurs de pétrole les plus connus.

Pour en savoir plus l’économie en Afrique, découvrez nos vidéos inédites :

       

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *